Thèse de Alessandro Mazzullo | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS