INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS | Terre - Planètes - Environnement - Risques naturels

Twitter

Aller au compte twitter

Philippe Lognonné et Frédéric Moynier, lauréats 2020, présentent en vidéo leurs travaux récompensés par ces distinctions.
Une étude révèle dans Science Advances que l'atmosphère primitive de la Terre devait être extrêmement chaude et hostile à la vie, car saturée en CO2.
Il y a 4,4 milliards d’années, la jeune atmosphère martienne était suffisamment chaude pour maintenir de l’eau à l’état liquide.
Des outils isotopiques développés pour comprendre la formation de la Lune peuvent aussi servir à suivre l’évolution la maladie dans le cerveau.
Des chercheurs de l’IPGP et leurs collègues ont développé une nouvelle méthode, la "tomographie mécanique", déjà implémentée à la Réunion.