Campagne de caractérisation des conditions de sites du réseau RAP-RESIF aux Antilles | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Campagne de caractérisation des conditions de sites du réseau RAP-RESIF aux Antilles

À partir du 9 mars, les équipes de l’OVSG-IPGP et de l’OVSM-IPGP participent à la campagne géophysique de caractérisation de sites des stations sismiques du réseau RAP-RESIF, qui permettra un meilleur calibrage de l’évaluation de l’aléa sismique.

 

Exemple de sismomètre installé pour une mesure « AVA » (Ambient Vibration Arrays – mesures passives des ondes de surface sur bruit ambiant) (RAP-RESIF)

Le Réseau Accélérométrique Permanent français, dépendant du Réseau sismologique et géodésique français, réalise au mois de mars 2020 une campagne de caractérisation géophysique des conditions de sites sous 10 de ses stations sismologiques installées en Martinique et en Guadeloupe, et opérées par l’OVSM-IPGP et l’OVSG-IPGP. Cette campagne est réalisée avec le soutien du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire.

 

Les mesures sont prévues du 9 au 13 mars 2020 en Martinique et du 23 au 27 mars en Guadeloupe. Dix stations RAP seront caractérisées, à raison de 5 stations par île. L’organisation de la campagne de mesure est confiée à un groupe de travail du RAP, ayant l’expérience de ce type de campagne en métropole (56 stations caractérisées depuis 2012), en relation avec les observatoires de Martinique et de Guadeloupe.

 

Exemple de mesures actives MASW (Multi-Analysis Surface-Wave method) (RAP-RESIF)

La caractérisation géophysique des stations accélérométriques est indispensable à la bonne utilisation des données de mouvement sismique qui y sont enregistrées. Cette caractérisation consiste en la détermination de paramètres qualifiant la rigidité des terrains sur lesquels la station est implantée : profils complets de vitesse de propagation des ondes de cisaillement, classe de sol réglementaire EC8, paramètre VS30. Les méthodes de prospection utilisées sont non destructives, le sol n’est pas foré et ces mesures ne laissent pas de trace. Elles sont basées sur l’analyse des propriétés de dispersion des ondes de surface. La méthodologie mise en œuvre et les traitements associés correspondent aux meilleurs pratiques de l’état de l’art, et s’inscrivent dans la dynamique internationale actuelle de caractérisation systématique des stations accélérométriques. Les informations obtenues permettront de mieux calibrer le choix des modèles de prédiction du mouvement sismique qui sont utilisés dans les évaluations de l’aléa sismique.

 

Carte des 10 stations à caractériser en Martinique et Guadeloupe (RAP-RESIF)

Les 10 stations choisies pour bénéficier de cette campagne 2020 sont parmi celles qui ont enregistré à ce jour le plus grand nombre de mouvements sismiques générés par des séismes. D’autres critères importants sont l’apport stratégique du site dans l’estimation de l’aléa sismique et la faisabilité du déploiement des instruments de mesure pour la caractérisation.

 

Les intervenants proviennent de différents instituts partenaires du réseau RAP-RESIF : l’ISTerre de Grenoble, le CEA, le BRGM, l’OMP de Toulouse, l’EOST de Strasbourg, le CEREMA de Nice, et bien sûr les observatoires volcanologiques et sismologiques de la Martinique et de la Guadeloupe de l’IPGP. Le plan d’acquisition à chaque station comprend des mesures AVA (Ambient Vibration Arrays – mesures passives des ondes de surface sur bruit ambiant). Des stations sismologiques temporaires sont déployées toute une journée autour de chaque station permanente sur un rayon de 500 m. Le protocole comprend aussi des mesures MASW (Multi-Analysis Surface-Wave method), qui sont des mesures actives de la propagation des ondes de surface, la source sismique étant simplement une masse frappée sur une dalle métallique ou une poutre, et enregistrée par des lignes de géophones.

 

 

> Contacts :

 

 

 

Date de publication : 
07 Février 2020