Thèse d'Amandine Katz | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

Équipes de recherche

Géochimie des isotopes stables

  Thèse d'Amandine Katz

Le paléo-thermomètre Δ47 : renforcement et application pour reconstruire les environnements marins passés
Encadrant (et co-encadrant) : 
Résumé: 



Un des paramètres les plus importants pour déterminer les conditions environnementales à la surface de la Terre est la température. Pour l'étude des variations de température dans le passé, l'approche généralement suivie se base sur l'analyse des compositions isotopiques de l'oxygène (i.e. le rapport 18O/16O) des carbonates fossiles. En effet  si on fait une hypothèse sur le rapport  18O/16O  du fluide à partir duquel le carbonate s’est formé, il est possible d’estimer sa température de précipitation.

Depuis peu, le thermomètre Δ47 permet de contourner cette hypothèse, puisqu’il est basé sur un équilibre interne au carbonate permettant de contraindre directement la température de croissance de ce carbonate. (Brièvement, à basse température ces liaisons entre les deux isotopes rares 13C et 18O sont favorisées).
 

 

Ma thèse propose de développer les connaissances autour de ce nouveau thermomètre et sur des questions importantes quant à l’utilisation de carbonates fossiles pour reconstruire les environnements passés. Elle s’articulera autour de 3 axes dont les importances relatives pourront varier suivant l’importance des résultats obtenus.

 

1. Mieux contraindre les fractionnements liés à la biominéralisation de certaines espèces précipitant de la calcite.
2. Mieux contraindre l’effet de la diagénèse sur le signal originel des liaisons 13C-18O.
3. Application du thermomètre Δ47 à des séries sédimentaires caractéristiques des grands évènements anoxiques océaniques (OAE) pour identifier l’ampleur et l’origine des variations thermiques suggérées  comme déclencheur de ces évènements.

Spectromètre de masse Mat 253 pour la mesure du delta 47
Date de soutenance: 
Mercredi 05 Juillet 2017 - 14:00
Jury: 
Emmanuelle Pucéat, Maitre de conférence, Université de Bourgogne - Rapporteur; Cédric John, Senior lecturer, Imperial College London - Rapporteur; Claire Rollion-Bard, Ingénieur de recherche, Institut de Physique du Globe de Paris - Examinateur; Stefano Bernasconi, Professor, ETH Zürich - Examinateur; Pierre Cartigny, Directeur de Recherche, Institut de Physique du Globe de Paris - Directeur de thèse; Magali Bonifacie, Chargé de recherche, Institut de Physique du Globe de Paris - Co-encadrante de thèse; Michaël Hermoso, Research associate, University of Oxford - Membre