Projet IODP - Expedition 340 | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

Équipes de recherche

Systèmes volcaniques

  Projet IODP - Expedition 340

Participants hors IPGP : 
G.O. Ishizuka (Geological Survey of Japan)
M. Palmer (Univ. of Southampton, UK)
P. Talling
B. Villemant (Univ. Paris 6)
T. Adachi
M. Aljahdali
E.D. Breitkreuz
A.J. Fraas
A. Fujinawa
R.G.Hatfield
M.J. Hornbach
M. Jutzeler
K.S.E. Kataoka
S. Lafuerza
F. Maeno
M. Manga
M. Martinez-Colon
M. McCanta
J. McManus
S. Morgan
T. Saito
A. Stinton
N. Stroncik
K.S.V. Subramanyam
Y. Tamura
D. Wall-Palmer
F. Wang
logo_IODP

 

logo_IODP-2

"Des forages aux Antilles pour mieux évaluer les risques liés à l’instabilité des volcans"

 

Responsables : Anne Le Friant (IPGP) et Osamu Ishizuka (Geological Survey of Japan)

 

Le Joides Resolution
Le Joides Resolution

 

 

L’expédition IODP 340 s’est déroulée du 3 mars au 17 avril 2012 au large des petites Antilles. Anne Le Friant (Institut de Physique du Globe de Paris) et Osamu Ishizuka (Geological survey of Japan) ont dirigé cette expédition internationale (30 chercheurs embarqués) dans le but d’améliorer la connaissance de l’histoire éruptive des volcans antillais et de mieux évaluer les risques associés aux instabilités de flanc de volcans, susceptibles de provoquer des tsunamis.

 

 

 

 

Localisation des sites de forage.
Localisation des sites de forage.

Au cours de cette campagne IODP, nous avons réalisé 9 forages choisis stratégiquement autour de trois sites représentatifs des principaux processus volcaniques de l’arc antillais : Montserrat, la Martinique et la Dominique La récupération du matériel dans chaque puit de forage était en moyenne de 68 % (c'est-à-dire que sur un forage de 100m de profondeur, nous avons récupère 68 m de matériel) ce qui nous a permis de collecter 484 carottes soit 2384 m de matériel au total. Les objectifs de la mission ont été atteints avec succès.. Grâce aux analyses des carottes marines prélevées nous retrouvons un nombre d’éruptions plus important que celui déduit des seules études effectuées à terre (où les dépôts des éruptions sont parfois masqués ou érodés). Nous avons par exemple réalisé un forage à l’ouest de Montserrat qui permet de remonter à plus de 4 M d’année et par conséquent de reconstruire toute l’histoire éruptive de Montserrat. Au large de la Martinique, nous pensons pouvoir  remonter à plus de 350000 ans et couvrir ainsi l’histoire de la Montagne Pelée et de certains édifices plus anciens. En plus des sédiments et des niveaux de cendres volcaniques qui permettront d’accéder à l’histoire des volcans, nous avons prélevés pour la première fois dans les dépôts chaotiques (sur les profils de sismique réflexion) retrouvés en mer au large des édifices volcaniques. Nous avons mis en évidence une déformation importante dans les sédiments, déformation  liée probablement à la mise en place de ces avalanches de débris catastrophiques.

 

 

Ces résultats ouvrent par conséquent de nouvelles perspectives quant à l’histoire des volcans antillais et la compréhension des processus d’instabilité associés, nouvelles pistes de recherche sur lesquelles nous allons travailler dans les prochaines années, dans le cadre notamment de l’ANR CARIB.

 

Pour en savoir plus .......