InSight, le premier observatoire géophysique martien, s’apprête à quitter la Terre. | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  InSight, le premier observatoire géophysique martien, s’apprête à quitter la Terre.

Le 5 mai 2018, la sonde InSight décollera depuis le centre spatial de Vandenberg en Californie. Cette 12ème mission du programme Discovery de la NASA permettra de déposer pour la première fois un sismomètre à la surface de Mars. Cet instrument très large-bande, SEIS, fourni par la France, a notamment été développé par l’équipe de planétologie et sciences spatiales de l’IPGP.

 

Proposée par le Jet Propulsion Laboratory de la NASA, InSight (Interior Exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport) est le premier observatoire géophysique martien. Son objectif est de déterminer de manière précise la structure interne de la planète rouge, pour éclairer les processus de formation et d’évolution des planètes telluriques du système solaire.

 

Grâce à un bras robotique, l’atterrisseur InSight va déposer au sol deux instruments principaux : un sismomètre six axes placé sous responsabilité française, SEIS, et un capteur de flux thermique, HP3, fourni par l’Allemagne. La sonde embarque également un ensemble de capteurs auxiliaires (station météorologique, magnétomètre, radiomètre) qui serviront non seulement à soustraire des signaux sismiques l’influence perturbatrice de l’environnement, mais également à effectuer des mesures scientifiques. Enfin, les deux antennes radio de l’expérience de géodésie RISE serviront à mesurer le plus finement possible la rotation de la planète Mars.

 

Vue d'artiste de la structure interne de la planète Mars (© IPGP - David Ducros)

Financé par le CNES, l’instrument SEIS est un appareil très complexe qui a bénéficie d’une large collaboration internationale. L’instrument est structuré autour de trois pendules très large bande, développés en France par les équipes techniques et scientifiques du CNES, de l’IPGP, du campus Spatial de l’université Paris Diderot, de l'ISAE-Supaéro et de l'industriel SODERN. Doté d’une résistance à toute épreuve, pour pouvoir faire face aux contraintes du milieu spatial, ces capteurs sont également ultra-sensibles. Ils vont permettre de mesurer des déplacements du sol à l’échelle atomique.

 

En écoutant la façon dont les ondes sismiques, provoquées par des séismes martiens ou des impacts de météorites, vont se propager à l’intérieur de Mars, les géophysiciens vont pour déterminer pour la première fois avec précision la structure de la planète, depuis la croûte jusqu’au noyau métallique, en passant par le manteau. InSight permettra également de mesurer la sismicité martienne, le taux des impacts météoritiques, ainsi que la puissance dissipée dans l’espace par le moteur planétaire (grâce à HP3).

 

Toutes les informations concernant la sismologie martienne, la mission InSight et plus particulièrement l’instrument SEIS sont disponibles sur le site dédié : https://www.seis-insight.eu/fr/