Visite du Premier Ministre et de la Ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation à l'IPGP | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Visite du Premier Ministre et de la Ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation à l'IPGP

Lundi 23 septembre, les rapporteurs des trois groupes de travail sur la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (lppr) ont remis leurs rapports préparatoires au Premier Ministre, Édouard Philippe, en présence de Frédérique Vidal, Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et des représentants de l’enseignement supérieur et de la recherche réunis dans l’amphithéâtre de l’IPGP.

 

Issue de la volonté du gouvernement d’inscrire le soutien à la recherche dans une programmation pluriannuelle, la préparation de cette loi avait été lancée en février 2019 par la mise en place de trois groupes de travail et l’ouverture d’une plateforme nationale destinée à recueillir les contributions individuelles et collectives de l’ensemble des communautés universitaires et scientifiques.

 

Sylvie Retailleau (présidente de l'université Paris-Saclay), pour le groupe de travail "Financement de la Recherche", Philippe Mauguin (président de l'INRA) pour le groupe « Attractivité des emplois et des carrières scientifiques » et Isabel Marey-Semper (ancienne directrice générale communication, développement durable et affaires publiques de L'Oréal) pour celui « Recherche partenariale et Innovation » ont chacun présenté les conclusions de leurs travaux et formulé leurs recommandations. La rédaction de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année, pour une adoption et promulgation au cours de l’année 2020. L’entrée en vigueur de la loi est prévue pour le 1er janvier 2021.

 


En amont de cette table ronde, Édouard Philippe et Frédérique Vidal, accompagnés d’Antoine Petit, président du CNRS, et de Christine Clerici, présidente de l’Université de Paris, ont rencontré des chercheurs et ingénieurs de l’IPGP qui leur ont présenté les missions de recherche et de surveillance de l’institut.

 

Marc Chaussidon, directeur de l’IPGP, a ainsi accompagné la délégation dans une visite de l’IPGP organisée en trois étapes :

  • la visite de laboratoires de la plateforme d’analyse haute résolution en sciences de la Terre et des planètes PARI, et la présentation d’échantillons rares qui peuvent y être finement caractérisés (roches lunaires, météorites primitives, stromatolites archéens, ...).
  • la présentation des missions d’observation et de surveillance de l'IPGP qui sont le premier maillon de la chaîne d'alerte pour les risques naturels telluriques, avec notamment la mise en place du réseau de surveillance volcanologique et sismologique de Mayotte suite à la découverte en mai 2019 d’un nouvel édifice volcanique actif au large de l'île.
  • la présentation du sismomètre SEIS, embarqué sur la mission InSight de la NASA, développé depuis plus de 30 ans à l’IPGP et qui a enregistré un premier séisme martien en avril dernier.

 

 

> en savoir plus sur la loi de programmation pluriannuelle de la recherche sur le site du MESRI