Interventions post-sismiques de l'IPGP en Italie suite aux séismes d'Amatrice et de Norcia | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Interventions post-sismiques de l'IPGP en Italie suite aux séismes d'Amatrice et de Norcia

Le 30 octobre 2016, le centre de l’Italie a été ébranlé par un séisme de magnitude 6.6, dans la région de Norcia, quelques kilomètres au nord de l’épicentre du séisme d’Amatrice du 24 août dernier, de magnitude 6.0. Ce séisme est l’un des plus forts reportés en Europe au cours des dernières décennies.

 

Rupture cosismique de 2 m de haut engendrée par le séisme de Norcia (crédit photo : Jérôme Van Der Woerd, EOST, Strasbourg)

Dans le cadre de deux interventions post-sismiques organisées à l’échelle nationale et impliquant plusieurs laboratoires (CEREGE, IPGP, EOST, LIVE, Géosciences Montpellier et GéoAzur), l’équipe « Tectonique et mécanique de la lithosphère » de l’Institut de Physique du Globe de Paris s’est rendue sur le terrain en septembre après le séisme d’Amatrice, puis à nouveau en novembre suite au séisme de Norcia. Ces missions ont permis de collecter des données de topographie et d’imagerie haute résolution de manière systématique le long de la rupture sismique (scanner Faro, LiDAR Riegl, photogrammétrie), permettant de cartographier cette dernière et d’en déduire notamment des informations sur la cinématique de ces failles, leur cycle sismique et leur comportement mécanique.

 

Vue 3D réalisée à partir des images du satellite Pleiade de la trace morphologique de la faille normale du Monte-Vettore.

Le séisme de Norcia a rompu le même système de failles normales que celui d’Amatrice deux mois plus tôt. Ces failles résultent de l’extension quaternaire de la chaîne des Apennins, en lien avec la convergence entre les plaques africaine et eurasienne. La rupture cosismique engendrée par ce séisme est longue d’une quinzaine de kilomètres. Les décalages (escarpements cosismiques) les plus importants (1 à 2 mètres) ont été mesurés le long de la faille du Monte-Vettore qui présente une trace morphologique très claire dans le paysage (voir photo ci-contre).

 

Les observations et mesures des chercheurs du groupe d'intervention post-sismique documenteront avec une précision sans précédent l’évolution spatio-temporelle d’un plan de faille lors d’un séisme et permettront de comprendre le lien entre le déplacement cosismique et la formation des reliefs topographiques associés aux failles actives. Il n’existe à l’heure actuelle que très peu d’informations précises sur les ruptures cosismiques le long des failles normales dans le monde.

 

Rupture cosismique le long de la faille du Monte-Vettore

En savoir plus :

 

 

 

 

 

Contact : 

Nathalie Feuillet, Eric Jacques - équipe Tectonique et mécanique de la lithosphère

Date de publication : 
06 Décembre 2016