Les microfossiles archéens vivaient dans des océans à plus de 40°C | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Les microfossiles archéens vivaient dans des océans à plus de 40°C

De très nombreux indices suggèrent que la vie sur Terre est apparue il y a plus de 3 milliards d’années. Cependant, reconstruire les conditions à la surface du globe à cette époque est difficile et sujet à controverse depuis des décennies. Dans un article récemment publié dans le journal Geochemical Perspectives Letters, une équipe de chercheurs français s’est intéressée à cette question à partir de l’analyse de la composition isotopique de l’oxygène de microfossiles extraits de roches âgées de 600 millions à plus de 3.4 milliards d’années, ce qui leur a permis de reconstruire la composition isotopique de l’oxygène des océans au cours des temps géologiques. Selon les auteurs, cette contrainte nouvelle, couplée à l’enregistrement fourni par les cherts, ces roches sédimentaires précipitées dans les océans, suggère que les températures à la surface de la Terre ont chuté régulièrement d’environ 50-60 °C depuis 3.5 milliards d’années.

Ces travaux ont été réalisés par une équipe de chercheurs de l'Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (IMPMC : CNRS / IRD / MNHN / Université Pierre et Marie Curie), de l'Institut de physique du globe de Paris (IPGP : CNRS / IPGP / Université Paris-Diderot / Université Sorbonne Paris Cité) et du Centre de recherches pétrographiques et géochimiques (CRPG :  CNRS / Université de Lorraine).

 

Plus d'informations sur le site de l'INSU

Date de publication : 
20 Novembre 2016