Nouvelle campagne en mer de suivi de l'évolution du volcan de Mayotte | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Nouvelle campagne en mer de suivi de l'évolution du volcan de Mayotte

Dragues de roches lors de la campagne Mayobs de mai 2019. (O Foix, IPGP)

La mission MAYOBS15, qui se déroule à bord du navire Marion Dufresne du 1er au 26 octobre 2020, a pour objectifs la maintenance des instruments et le suivi de l'activité sismo-volcanique de la zone.

 

Cette mission, programmée par les scientifiques du REVOSIMA, mobilisera plus 30 personnes à bord du bateau, en lien permanent avec leurs collègues à terre, pendant les 16  jours  d’opération  sur zone.
Des interventions permettront de maintenir en état de fonctionnement les stations de mesure en fond de mer et dans la colonne d’eau. Grâce à l'acquisiotion de données et d’échantillonnage sous-marin, et en les comparant les données de la dernière campagne du mois de mai, les scientifiques pourront évaluer l’évolution de l’activité éruptive et des reliefs sous-marins, ainsi que l’activité sismique sous-marine et les émissions de fluides. Cette campagne permettra enfin d’acquérir des données géologiques utiles à la compréhension du phénomène en cours.

 

Quelles stations enregistrent en fond de mer ?

  • Six sismomètres de fond de mer (OBS en anglais) : enregistrement  des  séismes  en  fond  de  mer  pour compléter le réseau terrestre.
  • Dix OBS supplémentaires : enregistrement des tirs à terre en association avec la mission REFMAORE réalisée en même temps.
  • Un  capteur  pression :  mesure  très  précise  des mouvements verticaux d’un point localisé au fond.
  • Quatre  hydrophones :  enregistrement  des  signaux acoustiques d’origine éruptive et sismique, en plusde ceux d’origine animale (cétacés).

 

Quelles mesures et observations seront réalisées ?

  • Acoustique  depuis  la  surface :  cartographie  de  la topographie   du   fond   marin   et   détection   des anomalies de la colonne d’eau.
  • Acoustique   par   submersible   autonome   (AUV) : cartographie  haute  résolution  du  fond  marin  et détection des anomalies de la colonne d’eau.
  • Sondeur   de   sédiments :   localisation   et   image acoustique des couches de sédiments superficiels.
  • Bathysonde :  mesures  in  situ  pour  localiser  les anomalies géochimiques en lien avec les émissions de fluides dans la colonne d’eau.
  • Caméra  sous-marine  (SCAMPI) :  observation  des images issues du fond.

 

Quels prélèvements seront réalisés ?

  • Des roches (dragues) : analyse en laboratoire de la composition des roches, y compris de nouvelles coulées de lave, et de leur contenu en gaz.
  • De  l’eau  (bathysonde) :  analyses  à  bord  et  en  laboratoires  du contenu en gaz, en particules et en composés dissous.
  • Des  sédiments  superficiels  (carottier  ~0-10m  de  long) :  nature  des sédiments et conditions de dépôt des sédiments.

 

Le REVOSIMA :

En réponse à la crise sismo-volcanique au large de Mayotte débutée en mai 2018, l’Etat a confié la mission de surveillance de cette zone volcanique au Réseau de surveillance volcanologique et sismologique de Mayotte (REVOSIMA). L’IPGP opère le REVOSIMA à travers l’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise, avec l'appui du BRGM et sa direction régionale à Mayotte et en étroite association avec l’Ifremer et le CNRS.

Dans le cadre du REVOSIMA, l’Ifremer et la Flotte Océanographique Française assurent l’acquisition des données et des échantillonnages qui permettent la production de cartes bathymétriques, des analyses pétrographiques des laves, des analyses acoustiques et géochimiques de la colonne d’eau, la caractérisation des sédiments et l’observation des fonds sous-marins pour mieux comprendre le phénomène.

 

> En savoir plus sur le site de la préfecture de Mayotte

Date de publication : 
13 Octobre 2020