Bulletin d'activité du dimanche 21 mai 2017 à 17h00 (Heure locale) | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Bulletin d'activité du dimanche 21 mai 2017 à 17h00 (Heure locale)

Sismicité

 

La sismicité enregistrée depuis la fin de la phase du trémor (le 18 Mai à 01h00, heure locale) se poursuit. Néanmoins, par rapport à la journée du 18 Mai leur fréquence diminue. Ainsi, ont été enregistrés :

  • le 18 Mai : 40 séismes volcano-tectoniques superficiels (< à 2 km de profondeur) et 22 séismes volcano-tectoniques profonds ; soit une moyenne de ~2,6 événements par heure.
  • le 19 Mai : 18 séismes volcano-tectoniques superficiels (< à 2 km de profondeur) et 7 séismes volcano-tectoniques profonds ; soit une moyenne de ~1 événement par heure.
  • le 20 Mai : 7 séismes volcano-tectoniques superficiels (< à 2 km de profondeur) et 9 séismes volcano-tectoniques profonds ; soit une moyenne de ~0,7 événements par heure.

  • le 21 Mai (jusqu’à 12h00, heure T.U ; 16h00, heure locale) : 4 séismes volcano-tectoniques superficiels (< à 2 km de profondeur) et 0 séismes volcano-tectoniques profonds ; soit une moyenne de ~0.3 événements par heure.

 

Ces séismes sont localisés sous la zone sommitale et sous le secteur nord-est de l’Enclos Fouqué (notamment au pied du Piton de Crac ; Figure 1).

 

Figure 1 : Localisation de la sismicité sur une semaine. Seuls les évènements «localisables » sont représentés sur cette carte. (© OVPF/IPGP)

 

 

Déformation

 

Aucune déformation significative n’a été enregistrée ces dernières 24h.

 

 

Géochimie des gaz

 

Les concentrations en CO2 dans le sol au niveau des stations distantes (Plaines des Cafres) restent à des niveaux élevées mais ont cessé d’augmenter.

 

Lors de la journée de hier, du H2S et SO2 ont encore été détectés dans les fumerolles de la zone sommitale.

 

 

Perspectives

 

Aucune hypothèse n’est écartée quant à l’évolution de la situation (arrêt de l’intrusion, propagation et ouverture de fissures plus ou moins lointaines).

D’une manière générale, un délai plus (jours/semaines) ou moins (heures) long peut être observé entre une intrusion et une éruption.