Bulletin d'activité du vendredi 14 juillet 2017 à 15h30 (Heure locale) | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Bulletin d'activité du vendredi 14 juillet 2017 à 15h30 (Heure locale)

L’éruption débutée le 14 juillet à 00h50 heure locale se poursuit. Le trémor volcanique (indicateur de l’intensité éruptive en surface) se maintient à un niveau moyen (environ la moitié de celui observé en début d’éruption) depuis 9h heure locale – 5h heure TU (Figure 1).

 

Figure 1 : Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) entre 00h00 (20h UTC) et 15h00 (11h UTC) le 14 Juillet sur la station sismique de RVL, localisée sur le flanc sud du volcan. (© OVPF/IPGP)

 

Suite au survol de reconnaissance réalisé ce matin avec le concours de la Section Aérienne de Gendarmerie et le PGHM, le site éruptif a pu être localisé plus précisement à 750 m à l’Est du piton Kala-Pélé (Août-Octobre 2015) et à 850 m à l’Ouest de Château Fort. Il se situe à environ 2.2 km à l’Est Nord-Est du Piton de Bert (Figure 2).         

 

Figure 2 : Localisation de la fissure éruptive qui s’est ouverte le 14 juillet, 00h50 heure locale (fond image : GoogleEarth). (© OVPF/IPGP)

 

A 9h30 ce matin, lors des relevés effectués par une équipe de l’observatoire, la fissure s’étendait sur une longueur totale approximative de 450 m. Sept fontaines de lave d’une hauteur maximale de 30 m étaient actives (Figure 3). La fontaine la plus en aval commençait à édifier un cône volcanique d’où s’échappaient deux bras de coulées de lave. Du fait du couvert nuageux sur la partie Est du volcan le front des coulées n’a pas pu être localisé.

 

Figure 3 : Prises de vue du site éruptif le 14 juillet 2017 à 09h30, heure locale. (© OVPF/IPGP)

 

Les premières estimations réalisées par méthodes satellites via la plateforme HOTVOLC (OPGC - Clermont Ferrand) et MIROVA (Université de Turin) font état de débits de l’ordre de 22-30 m3/s au début de l’ouverture de la fissure.

Un panache de SO2  s’orientant vers l’Est a également été détecté (Figure 4).

 

Figure 4 : Image satellite du panache de SO2 (vert clair)- plateforme HOTVOLC (OPGC – Clermont Ferrand).