L'histoire de l'observatoire | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  L'histoire de l'observatoire

C’est à partir de 1950 que s’organise l’observation pérenne de La Soufrière. La propriété du Parnasse, située au pied du volcan, sur les hauteurs la commune de St Claude, est achetée le 21 mars 1950 et devient une base avancée de l’IPGP. Le Laboratoire de physique du Globe est ainsi créé. Sa proximité avec le volcan lui permet de développer un travail de terrain. Dès 1950, deux sismographes sont installés au Parnasse. Une cave sismique est creusée en 1952 et équipée de deux sismographes électromagnétiques en 1956. Cette même année a lieu une éruption phréatique.

 

Aussi, à partir de 1962, le département participe au développement d’une structure mieux dotée en moyens. En 1964, un véritable réseau sismique est mis en place. Les stations étaient alors reliées à l’observatoire par câbles et il faut attendre 1975 pour voir les premières télétransmissions. Néanmoins, c’est grâce à ce réseau que put être détectée la crise sismique de la Soufrière et que fut envisagée dès mars 1976 l’éventualité de manifestations de surface.

 

Lorsque la région Saint-Claude / Basse-Terre est évacuée en juillet-août 1976, l’observatoire est installé dans la Grande Poudrière du Fort St-Charles à Basse-Terre. Les réseaux de surveillance y resteront pendant 17 ans, tandis que le laboratoire de géochimie et l’administration retournent au Parnasse à l’issue de la crise.

 

En 1977, Le laboratoire devient l’Observatoire Volcanologique de la Soufrière.  Toutefois, la proximité immédiate avec le volcan est remise en cause. En 1989 commence alors la construction d’un observatoire moderne au sommet du Houëlmont, situé à 9 km au sud-ouest de la Soufrière. Cet emplacement privilégié, à vue du volcan, facilite la réception des données par transmissions hertziennes.

 

En 2001, en raison de son implication toujours plus importante dans le domaine de la sismologie et des recherches liées au risque sismique, l'IPGP rebaptise l'observatoire de son nom actuel : Observatoire Volcanologique et Sismologique de Guadeloupe.