Changements climatiques abruptes dans les enregistrements terrestres éoliens européens | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

Équipes de recherche

Paléomagnétisme

  Changements climatiques abruptes dans les enregistrements terrestres éoliens européens

Participants hors IPGP : 
Denis-Didier Rousseau
Pierre Antoine
Christine Hatté
Olivier Moine
Adriana Sima
Caroline Gauhtier
La circulation atmosphérique est grandement responsable de la distribution rapide de la
chaleur et de l'humidité sur la Terre, et par conséquent détermine temps météorologique
et climat régionaux, aussi bien de nos jours que par le passé. Tandis que l'atmosphère
elle-même ne renferme pas d'archives pour la reconstruction des paléoclimats, elle a
laissé d'abondantes traces comme les dépôts éoliens dans la glace et dans les sédiments
terrestres et marins. Les enregistrements ainsi obtenus dans les dépôts éoliens
suggèrent unanimement que la dynamique atmosphérique a été fortement variable
pendant les stades isotopiques marins 2 et 3 durant le dernier cycle
interglaciaire-glaciaire des intervalles extrêmement poussiéreux alternant rapidement
avec des intervalles non-poussiéreux selon des échelles millénaires voire plus courtes.
Plus précisément, cependant, les enregistrements, archives et proxies, obtenus dans les
différentes régions européennes, diffèrent considérablement, confirmant par conséquent
une abondante richesse d'information restant encore à extraire. Il est donc crucial
d'établir des reconstructions détaillées de la circulation atmosphérique afin de fournir une
contribution utile dans une perspective de changement futur du climat. Les variations
atmosphériques fortes survenues pendant le dernier intervalle glaciaire fournissent de
bonnes références pour permettre de mieux comprendre la circulation atmosphérique à
tous les niveaux de sa modélisation; tant conceptuelle que numérique. Cependant, ceci
exige au préalable une bonne connaissance des patterns de paléocirculation
atmosphérique régnant à diverses échelles régionales, aussi bien que le timing précis de
la variabilité atmosphérique en relation avec d'autres paramètres des changements
climatique et environnemental. Le projet ACTES (projet ANR 2009-2013) combine les évidences
des enregistrements éoliens européens et dans la glace groenlandaise, et celles issues
des simulations de modèles de la circulation atmosphérique passée pendant les
changements abrupts particuliers du climat, (événements de Dansgaard- Oeschger et de
Heinrich). Le but est de synthétiser la connaissance relative à la dynamique
atmosphérique passée en Europe durant ces épisodes, et définir les limites actuelles de
notre compréhension afin de pouvoir formuler les questions liminaires à ce projet pour
proposer des simulations prédictives des futures conditions climatiques.