Séisme au Népal | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Séisme au Népal

Mw 7.8

Un tremblement de terre de forte magnitude (Mw 7.8) a frappé le centre du Népal le 25 avril 2015. Ce séisme destructeur a fait d'importants dégâts dans la vallée de Kathmandu et dans la ville elle-même, ainsi que de très nombreuses pertes humaines.

 

MISE A JOUR du 12 Mai: Le séisme du 25 Avril a été suivi par de nombreuses répliques, dont une de magnitude Mw6.7 le lendemain du choc principal. La plupart sont situées sur les bordures de la zone de rupture telle qu'on peut approximativement la délimiter à partir des données sismologiques et géodésiques. Elles sont en particulier concentrées au niveau de sa terminaison Est. Le 12 Mai, un nouveau séisme de forte magnitude (Mw7.3) s'y est produit avec le même mécanisme que le choc principal du 25 Avril (chevauchement plat). Malgré sa magnitude élevée, les caractéristiques de ce dernier séisme et sa localisation montrent qu'il appartient à la même séquence que le séisme principal et ses répliques; il peut donc être considéré comme un très grosse réplique.

Carte séisme Népal 25 Avril 2015
(R. Lacassin - IPGP)

 

NOUVEAU : inSAR study of the earthquake (interferogrammes Sentinel 1  par R. Grandin, tectonique IPGP) - Rupture imaging from back-projection (C. Satriano, sismologie IPGP)

 

 

Sur la base de notre connaissance de la structure himalayenne et des données sismologiques disponibles quelques jours après le choc principal, on peut dès maintenant conclure que le séisme a rompu une partie du méga-chevauchement himalayen (ou Main Himalayan Thrust, MHT). La rupture sismique s'est initiée à l'épicentre, situé à environ 80km au NW de Kathmandou. Elle s'est ensuite propagée sur plus d'une centaine de km vers le SE, donc sous la vallée de Kathmandou. Les premières modélisations sismologiques suggèrent d'ailleurs que la zone de plus fort glissement co-sismique serait localisée sous la ville elle même. Le mécanisme au foyer du séisme, déduit de l'analyse sismologique, indique un plan chevauchant très plat (pendage faible de 5 à 7°) vers le Nord, de direction N104°E .

 

Détermination du mécanisme au foyer par Geoscope.

De nombreuses répliques (points oranges et jaunes sur la carte) ont suivi le séisme majeur, certaines dépassant largement la magnitude 6. Deux séismes de Mw 6.6-6.7 se sont produits l'un dans la zone épicentrale et l'autre au NE de Katmandou, ainsi que de nombreux Mw 5-6 et  Mw 4-5. Les répliques se répartissent sur une longueur de 150 km et une largeur de 50 km, vers l’Est de l’épicentre dans la direction de Katmandou. La zone couverte par les répliques définit au premier ordre la taille de la faille qui a rompu (zone figurée en couleur rouge sur la carte). Cette disposition, ainsi que le mécanisme indiquant un chevauchement très plat, suggèrent que la faille qui a rompu le 25 avril est fort probablement la partie sub-horizontale du MHT (Main Himalayan Thrust), essentiellement dans sa partie assez profonde. L'extension hypothétique de la zone de rupture est figurée en rouge sur la coupe de l'Himalaya à l'échelle crustale (voir ci-dessous). La répartition des répliques, sous la vallée de Kathmandou et plus au N, NE et NW, suggère que le séisme ne se serait pas propagée jusqu'au front. Néanmoins, la question de savoir si le séisme a rompu la surface au niveau du MFT est ouverte.

 

Le front de l’Himalaya a connu de nombreux séismes plus ou moins bien documentés. Les travaux de paléosismologie récents ont permis de préciser l’image de la sismicité de l’est de l’arc himalayen, et notamment l’extension de la rupture associée au séisme de 1934 de Mw8,2, qui avait déjà dévasté Katmandou (voir aussi info. supplementaires compilées par F. Perrier ici) . Ces mêmes travaux ont aussi permis de préciser la période du séisme précédent, en 1255, ainsi que les séismes antérieurs pour établir un temps de retour autour de 800 ans pour les grands séismes du front himalayen (Bollinger et al., 2014). Le travail le plus récent de l’équipe CEA-IPGP (L. Bollinger et Y. Klinger) pour la France, EOS (P. Tapponnier) pour Singapour et DMG (S. Sapkota) pour le Népal, sur le bilan de moment sismique pour la région de Katmandou à partir des informations paléosismologiques et historiques et du taux de déformation régional indique que la région directement localisée entre les séismes de 1505 et 1934, qui n'avait rompu au par avant qu'en 1344 lors d’un séisme de magnitude M≥7.5 était proche de son seuil de rupture, ce qui vient d’être confirmé par le séisme du 25/04/2015.

 

Interferogramme calculé à partir des images radars acquises par le satellite Sentinel1 entre le 17 Avril 2015 et le 29/04/2015. La ville de Kathmandu correspond à  la zone brillante au centre de l'image. La haute chaine de l'Himalaya se trouve au nord et l'Inde au sud. Chaque frange correspond à 2.8 cm de deplacement le long de la direction sol-satellite. Le signal indique un soulevement maximum de l'ordre de 1m au nord de la ville. Du fait de la géometrie d'acquisition, la mesure est essentiellement sensible aux mouvements verticaux.

 

Interferogramme calculé par R. Grandin, IPGP.

En savoir PLUS : inSAR study of the earthquake (interferogrammes Sentinel 1  par R. Grandin, tectonique IPGP)

 

 

 

 

 

 

Plus d'informations sur la page INSU-CNRS, et la page Geoscope. Carte en pdf  disponible ici.

 

 

 

Pour en savoir plus :

 

  • Quelques références bibliographiques :

    - Grandin, R., Doin, M. P., Bollinger, L., Pinel-Puysségur, B., Ducret, G., Jolivet, R., & Sapkota, S. N. (2012). Long-term growth of the Himalaya inferred from interseismic InSAR measurement. Geology, 40(12), 1059-1062

    - Avouac, J. P., Bollinger, L., Lavé, J., Cattin, R., & Flouzat, M. (2001). Le cycle sismique en Himalaya. Comptes Rendus de l'Académie des Sciences-Series IIA-Earth and Planetary Science, 333(9), 513-529

    - Sapkota, S. N., Bollinger, L., Klinger, Y., Tapponnier, P., Gaudemer, Y., & Tiwari, D. (2013). Primary surface ruptures of the great Himalayan earthquakes in 1934 and 1255. Nature Geoscience, 6(1), 71-76.

    - Bollinger L., Sapkota S., Tapponier P., Klinger Y., Rizza M., Van der Woerd J., Tiwari D., Pandey R., Bitri A., Bes de Berc S., Estimating the return times of great Himalayan earthquakes in eastern Nepal : Evidence from the Patu and Bardibas strands of the Main Frontal Thrust. J. Geophys. Res. Solid Earth, 119, doi : 10.1002/2014JB010970, 2014.