Thèse de Florent Aden-Antoniow | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Thèse de Florent Aden-Antoniow

Étude des propriétés mécaniques et de la déformation transitoire dans les zones de subduction à partir de l'analyse et la modélisation de l'activité sismique, le cas du Chili du Nord
Encadrant (et co-encadrant) : 
Résumé: 

La déformation active observée dans les zones de subduction est accommodée par des glissements transitoires sismiques ou asismiques sur l'interplaque couplée et dans la partie fragile de la lithosphère. Ces évènements englobent plusieurs échelles en terme d'énergie et de durée, allant de la sismicité de fond à faible magnitude jusqu'aux méga-séismes et peut inclure des séismes lents, des tremors et des glissements lents asismiques (e.g., Ide et al.,2007).

L'activité sismique et les glissements lents dans les zones de subduction sont contrôlés par une multitude de paramètres : le taux de déformation; le taux de couplage du plan de faille à différentes échelles; sa compléxité géométrique; la distribution hétéogène des contraintes et des forces appliquées le long du plan de faille; la température; la pression de pore et les variations dans la composition des roches le long de l'interface. Les observations sismologiques et géodésiques apportent ainsi un outil-clef dans la compréhension et de la modélisation des propriétés mécaniques d'une zone de faille ainsi que les mécanismes dynamiques controlant les déformations transitoires.

L'objectif global de cette thèse est de pousser plus loin notre compréhension sur la relation entre des processus de forçage (chargement tectonique, glissement-lent, pression de pore), les propriétés mécaniques et l'activité sismique des zones de subduction. Cet objectif pourra être atteint en développant des méthodes précises de detection et de caractérisation de la sismicité et par l'interprétation de cette activité à travers des modèles de nucléation de séismes et d'interaction.

La zone d'étude principale sera la subduction Nord-Chilienne et notamment une lacune sismique s'étalant sur 500km, qui a rompu complétement la dernière fois en 1877 (Mw ~ 8.8) et ayant produit récemment deux évenements majeurs au Sud (Mw 7.7, Tocopilla) et au Nord (Mw 8.1, 2014 Iquique).