Le sismomètre SEIS est désormais posé sur Mars, 19 décembre 2018 | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Le sismomètre SEIS est désormais posé sur Mars, 19 décembre 2018

La NASA vient de réussir à déposer le sismomètre SEIS de la sonde InSight sur Mars. C’est la première fois, dans l’histoire de la conquête spatiale, qu’un instrument est déployé par un bras robotique à la surface d’une autre planète. La réussite de cette étape critique pour la suite de la mission est le résultat d’années d’efforts techniques incessants, effectués par les équipes américaines, françaises et européennes.

 

Le sismomètre SEIS de la sonde InSight vu par la caméra du bras robotique IDC, après son déploiement durant le sol 22. (© NASA/JPL)

 

La complexe séquence d'instructions commandant le déploiement avait été envoyé le 18 décembre 2018 (à 17h11 en Californie) vers la planète rouge. Le 19 décembre 2018 à 18h40 heure locale (martienne), le bras d’InSight s’est mis en action pour déposer les 9,5 kg du sismomètre SEIS au sol. Pour cette opération à haut risque, l'instrument avait été totalement éteint et de nombreux tests ont été effectués auparavant sur Terre pour valider les commandes, le site d'atterrissage ayant été reproduit fidèlement pour l'occasion.

 

Pour déposer SEIS au sol, le bras robotique a effectué une série assez complexe de mouvements. Mais la durée de la séquence de déploiement elle-même est assez courte : 10 minutes seulement. La nécessité d'acquérir des images via les caméras de la sonde a cependant porté la durée de l'opération à 20 minutes environ, étalée sur 45 minutes. L'heure à laquelle le sismomètre SEIS a planté ses trois pieds dans le sable est estimée à 7:05 (en Californie), soit 18:54 heure martienne.

 

L'endroit sur lequel SEIS repose désormais est situé droit devant le bras robotique (de façon à s'assurer que le cordon ombilical reliant l'instrument à l'atterrisseur repose bien à plat sur le sol), et le plus loin possible (1,65 mètre) de la sonde, de manière à minimiser les perturbations.

 

Les opérations sont cependant loin d’être terminées pour SEIS. Les ingénieurs vont effectivement d'abord devoir aligner le sismomètre avec l’horizontale, grâce au berceau de nivellement motorisé. Une fois cette étape franchie, les capteurs à très large bande (VBB), pour l’instant inactifs contrairement aux capteurs de courtes périodes SP, seront recentrés et calibrés. La totalité des données transmises par les six capteurs sismiques seront ensuite utilisées pour caractériser le niveau de bruit du site de dépose, ainsi que le niveau des perturbations induites par le câble reliant l’instrument à l’atterrisseur.

 

Quand les performances seront jugées acceptables, le câble encore situé dans le dérouleur TSB sera totalement dévidé, ce qui autorisera alors le placement définitif, par-dessus l’instrument, de l’imposant bouclier de protection thermique et éolien WTS.

 

Il reste encore donc bien des efforts à fournir avant que la première station de géophysique martienne ne soit pleinement opérationnelle, mais la dépose du premier sismomètre sur Mars est déjà une grande réussite, que les membres de l’équipe vont fêter dignement en s’accordant probablement quelques jours de repos pour les fêtes de Noël !