Couplage sismique et méga-tremblements de terre le long de l’arc himalayen | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

Équipes de recherche

Tectonique et mécanique de la lithosphère

  Couplage sismique et méga-tremblements de terre le long de l’arc himalayen

Participants hors IPGP : 
CEA
Géosciences Montpellier
ENS
IsTerre
IGN
ETH Zurich
Caltech
DMG Nepal
DGM Bhutan
NLC Bhutan



maps-nepal-earthquake Apr 25 to May 12
Gorkha earthquake Mw7.9 - 2015 April 25

Comme tragiquement démontré lors du séisme de Tohoku en mars 2011, la prévision la taille/magnitude des grands (M > 8) séismes est encore un défi pour la communauté des sciences de la Terre. Cette prévision requiert la réponse à de nombreuses questions non résolues : quels paramètres contrôlent la répartition latérale des grands séismes le long des grandes failles actives ? Quels sont les facteurs contrôlant la transition entre glissement stable et instable en profondeur sur le plan de faille ? Comme le chargement des failles s’opère-t-il, notamment après un séisme ? Les « petits » et « grands » séismes sont-ils fondamentalement différents, et si oui en quoi ? Notre projet porte sur l’arc himalayen, où les structures sont au premier ordre continues latéralement (E-W) sur une distance de ~2500 km. De récents séismes ont été documentés dans cette région, dont le séisme de Gorkha en 2015 qui a fait de nombreuses victimes à Kathmandou. Cependant, la taille maximale des séismes qui ont rompu l’arc himalayen par le passé, et la probabilité d’occurrence d’un séisme de magnitude 9 dans les prochaines décennies sont des questions faisant débat.

 

La plupart des études précédentes sur l’arc himalayen se sont focalisées uniquement sur la région centrale du Népal, ne permettant pas vraiment de comprendre l’état de contrainte des failles frontales ou encore la taille des grands séismes himalayens. Nous analysons les variations latérales du couplage sismique le long de l’arc himalayen par une étude extensive et détaillée du chargement des failles actives (taux de convergence actuel et taux de sismicité, taux de raccourcissement sur le Quaternaire, paléosismologie) et de la géométrie crustale (failles majeures, profondeur du Moho, flexure de la plaque indienne) de l’ouest Nepal au Bhutan. L’approche est multi-disciplinaire et se veut intégrer la déformation de l’arc himalayen à plusieurs échelles spatiales et temporelles. Nous utilisons des méthodes innovantes complémentaires dans des domaines variés : gravimétrie, sismologie, geodésie, morphotectonique, paleosismologie et modélisation numérique. L’équipe regroupe un certain nombre de personnes au niveau national (Montpellier, Paris, Nancy, Chambéry-Grenoble) et international (Suisse, USA, Inde, Nepal et Bhutan). Ce projet contribuera au développement de nouvelles méthodes dans l’analyse des données INSAR, GOCE, dans la modélisation numérique ou dans la relocalisation des données sismiques. Notre projet devrait fournir la première vision en 3D de l’état de contraintes le long d’une faille continentale majeure.

 

Financements : ANR BhutaNepal