La variation du flux des poussières cosmiques mesurée au fond des océans ! | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  La variation du flux des poussières cosmiques mesurée au fond des océans !

La Terre est en permanence bombardée de « poussières interplanétaires » (des particules cosmiques provenant de queue de comètes, de collisions d'astéroïdes…). Ces poussières micrométriques, moins spectaculaires que les chutes de météorites, représentent pourtant en moyenne 40 000 tonnes par an de matière entrant dans l'atmosphère. Des changements au sein de ce flux de particules pourraient donc avoir un impact sur les variations du climat terrestre.

 

Ces poussières sédimentant au fond des océans, des forages permettent de remonter dans l'histoire du bombardement cosmique sur Terre. Pour différencier ces poussières extraterrestres dans les sédiments, les auteurs de l'étude ont mis en place une technique d'analyse utilisant la différence d'abondances des isotopes de l'hélium (3He et 4He) et du néon (20Ne, 21Ne et 22Ne) par rapport aux abondances terrestres et permettant de retrouver la composition des particules cosmiques.

 

La signature géochimique obtenue se révèle finalement être essentiellement celle du vent solaire qui vient s’incruster dans les particules lors de leur voyage interplanétaire. Et l'étude des carottes océaniques met en lumière deux grandes variations dans ce flux cosmique au cours du temps, il y a 35 et 8,2 millions d'années.

 

Pour en savoir plus :

  • D. Chavrit, M.A. Moreira and F. Moynier (2016) Estimation of the extraterrestrial 3He and 20Ne fluxes on Earth from He and Ne systematics in marine sediments. Earth and Planetary Science Letters 436, 10-18, doi:10.1016/j.epsl.2015.12.030
  • La présentation de l'article sur le site du Labex Univearths

 

Contact : 
Date de publication : 
02 Mars 2016