Je suis
FR FR
Citoyen / Grand public
Chercheur
Étudiant / Futur étudiant
Entreprise
Partenaire public
Journaliste
Enseignant / Elève

Post-doctorat en volcanologie physique

Informations principales

Référence : 2024-1566029 (choisir le service public) BAP : A - Sciences du vivant, de la Terre et de l'environnement Corps ITRF : Ingénieur d'études Catégorie : A

Type de contrat : CDD recherche (post-doc)

Date de publication : 14/05/2024

Durée de contrat : 1 an

Date limite de candidature : 15/06/2024

Rémunération : 2563€

Date souhaitée de prise de fonction : 01/07/2024

IPGP, 1 rue Jussieu, 75005 Paris

L’institut de physique du globe de Paris

Institut de recherche en géosciences de renommée mondiale fondé en 1921, associé au CNRS, établissement-composante d’Université Paris Cité et regroupant plus de 500 personnes, l’IPGP couvre toutes les disciplines des sciences de la terre et des planètes via l’observation, l’expérimentation et la modélisation, à toutes les échelles de temps et d’espace.

Les thématiques de recherche sont structurées à travers 4 grands thèmes fédérateurs : Intérieurs de la Terre et des planètes, Risques naturels, Système Terre, Origines.

L’IPGP a aussi la charge de services labellisés en volcanologie, sismologie, magnétisme, gravimétrie et érosion. Notamment, les observatoires permanents de l’IPGP surveillent les 4 volcans actifs français d’outre-mer en Guadeloupe, en Martinique, à la Réunion et à Mayotte (REVOSIMA).

L’IPGP héberge des moyens de calcul puissants et des installations expérimentales et analytiques de dernière génération et bénéficie d’un soutien technique de premier plan.

Le département de la formation et des études doctorales de l’IPGP offre à ses étudiants des formations en géosciences qui associent observation, analyse quantitative et modélisation et qui reflète la qualité, la richesse et la diversité thématique des recherches menées par les équipes de l’IPGP.

L’équipe et/ou le service

Les recherches menées par l’équipe de volcanologie se regroupent autour de trois thématiques principales et en constante interaction avec les observatoires volcanologiques et sismologiques de l’IPGP:

– Évolution à long terme des systèmes volcaniques

– Dégazages magmatiques et processus éruptifs

– Aléas, risques volcaniques et impacts environnementaux

Ces thématiques concernent aussi bien les systèmes volcaniques de zone de subduction (arc des Petites Antilles, Amérique centrale, Amérique du Sud, Italie) que le volcanisme de « Point Chaud » (Réunion, Comores) et d’extension (Nyiragongo, RD Congo), avec une priorité sur les 3 volcans français (Soufrière de Guadeloupe, Montagne Pelée de Martinique, Piton de la Fournaise à La Réunion), et l’activité volcanique à Mayotte dont l’IPGP a la charge de surveillance

 La composition de l’équipe (géologues, géochimistes, géophysiciens) qui regroupe des chercheurs de l’IPGP (basés à Paris et dans les observatoires volcanologiques et sismologiques) et des chercheurs du Laboratoire GéoSciences Réunion de l’Université de la Réunion intégrés à l’Équipe de Volcanologie de l’IPGP permet d’avoir l’approche pluridisciplinaire indispensable pour traiter ces thématiques.

Missions

> Présentation des missions au sein du contexte

La vitesse d’ascension du magma est un facteur clé du contrôle des dynamismes éruptifs qui dépend grandement des interactions complexes entre la viscosité du magma, les budgets de volatils pré-éruptifs, l’échappement des gaz du magma par perméabilité et des conditions de stockage pré-éruptives (P, T, X, configuration de la plomberie magmatique et son évolution). Actuellement, les méthodes utilisées pour estimer ces taux d’ascension pré et syn-éruptifs sont basés sur une combinaison de méthodes géophysiques, géochimiques et pétrologiques dont aucune ne donne une vision complète du processus. La recherche récente a développé et utilisé une partie de ces méthodes, cependant il y a besoin d’avoir une meilleure compréhension de ce qui est mesuré et de savoir avec quelle fiabilité ces mesures ont été faites. De plus, les liens entre les observations faites dans les dépôts naturels ou bien obtenues en observatoire et les modèles ne sont pas toujours évidents et doivent être mieux détaillés. Combiner les observations pétrologiques et texturales de dépôts volcaniques naturels avec des modèles numériques pourrait être une des clés pour résoudre ce problème.

Un post-doctorat financé pendant un an est disponible à l’Institut de Physique du Globe de Paris. Pendant ce contrat, la/le chercheur.e aura pour mission d’utiliser les outils pétrologiques et les modèles numérique d’ascension des magmas existant afin d’affiner les estimation de temps d’ascension de ces magmas. L’objectif est de déterminer une méthode robuste de quantification de la vitesse d’ascension du magma a partir du couplage d’analyses pétrologiques d’echantillons naturels et de la modèlisation numérique (i.e. modèles de conduit, modèles de saturation en volatils) afin de contraindre les dynamismes éruptifs et les scénarios d’éruption future.

> Nombre d’agents : 1

> Post-doctorat

> Pour les chercheurs : Chaire d’Excellence Université de Paris

Activités

> Description des activités

– Développement d’une méthode pour améliorer la précision des estimations de temps d’ascension des magmas en utilisant la diffusion d’éléments volatils dans les cristaux et verres volcaniques

– Analyses pétrologiques des échantillons d’intérêts (Microscopie Électronique à Balayage, Microsonde électronique, Microsconde ionique, Spectroscopie Raman, etc.) telles que éléments majeurs, traces et volatils

– Intégrations des mesures analytiques avec les modèles numériques d’ascension des magmas existants (MAMMA, Confort 15)

– Rédaction d’articles scientifiques de haute qualité pour rapporter ces recherches à la communauté et participation aux conférences/workshops internationaux afin de disséminer ces résultats.

– Participation à la vie de l’équipe scientifique de l’IPGP – séminaires, réunions, etc.

– Encadrement d’étudiant(s) de licence/master pour leur projet de stage

Compétences attendues

> Formation spécifique

De bonnes compétences d’observation sont fondamentales. La/le candidat.e doit avoir de l’expérience dans l’échantillonnage, l’analyse et l’interprétation de dépôts volcaniques. Une bonne expérience de l’analyse d’échantillons en utilisant le Microscope Électronique à Balayage (MEB) et la microsonde électronique (EPMA) sont aussi nécessaires. Une expérience préalable avec la sonde ionique (SIMS/NanoSIMS) est également désirable. De plus, une experience en modelisation numérique et analayse statistique et de solide base en langage Python, Matlab et/ou Fortran sera hautement apprécié.

> Qualités professionnelles

– Excellentes compétences de communication orale et écrite afin de transmettre de la recherche de qualité a une audience spécialisée.

– Capable de travailler indépendamment à la résolution de problèmes complexes

– Importante motivation et bonne compétence de travail en équipe

– Haut intérêt pour la collaboration avec les observatoires volcanologiques

– Une excellente maitrise de l’Anglais écrit et oral

Contraintes et risques

> Horaires : 38h50 par semaine

> Déplacements

La/le candidat.e pourra avoir à se déplacer pour participer à des conférences ou bien workshops internationaux, prendre part à du travail de terrain, visiter les observatoires volcanologiques et sismologiques de l’IPGP et analyser des échantillons.

Formation et expérience nécessaires

> Pour postuler, il est demandé d’être en possession d’un doctorat en Sciences de la Terre avec une expérience préalable en volcanologie, pétrologie, géochimie et/ou un travail avec un observatoire volcanologique au moment de l’embauche.

> Publication d’articles dans des revues scientifiques de haute qualité

Modalité de candidature

> Envoyer CV et lettre de motivation à F. Costa :

> Dates limite de candidature : 13/05/2024