Je suis
FR FR
Citoyen / Grand public
Chercheur
Étudiant / Futur étudiant
Entreprise
Partenaire public
Journaliste
Enseignant / Elève

Les retombées de plomb liées à l’incendie de Notre Dame cartographiées dans le miel

Dans une étude publiée cet été, une équipe des chercheuses canadiennes et françaises a étudié les miels issus de ruches de la région parisienne pour tracer la pollution au plomb liée à l’incendie de la cathédrale Notre Dame du printemps 2019.

Les retombées de plomb liées à l’incendie de Notre Dame cartographiées dans le miel

Date de publication : 03/09/2020

Grand Public, Presse, Recherche

Thèmes liés : Système Terre

L’incendie de la cathédrale de Paris, le 15 avril 2019, a complètement détruit la toiture de l’édifice et disséminé une fumée riche du plomb qu’elle contenait dans l’atmosphère, provoquant un épisode de pollution.

Pour estimer la distribution de ces retombées de plomb (Pb), des scientifiques de l’université de Colombie-Britannique (Canada), du CNRS à l’Institut de physique du globe de Paris – Université de Paris et de Beeopic, ont comparé des échantillons de miel collectés dans des ruches d’Île-de-France avant et après l’incendie et dans des ruches de la région Rhône-Alpes.

Les abeilles, qui butinent dans un rayon maximum de 2 à 3 km de leur ruche, amoncellent aussi les poussières environnantes et leurs miels sont ainsi représentatifs de la présence de métaux dans leurs environnement. En mesurant les concentrations de différents métaux et les rapports isotopiques du plomb dans ces échantillons, l’étude, publiée le 20 juillet dans la revue Environmental Science & Technology Letters, observe que le miel provenant de ruches sous le vent le soir de l’incendie présente des concentrations en plomb plus élevées que les autres miels (sans toutefois dépasser les seuils des normes de consommation en vigueur). Ces concentrations décroissent avec l’éloignement des ruches du lieu de l’incendie.

L’analyse isotopique permet d’attribuer cette hausse de concentration en plomb à l’incendie et non à d’autres sources potentielles de pollution au Pb (carburant notamment), puisque les rapports entre les isotopes du plomb dans le miel sont représentatifs du plomb provenant des constructions anciennes de Paris et de sa région (toiture, tuyauterie…), qu’on retrouve dans les sédiments récents et les aérosols de la capitale.

L’étude confirme donc les mesures effectuées au sol de façon empirique dans la capitale après l’incendie et démontre l’utilité du miel pour le suivi des pollutions atmosphériques.

 

Réf : Honey Maps the Pb Fallout from the 2019 Fire at Notre-Dame Cathedral, Paris: A Geochemical Perspective, Kate E. Smith, Dominique Weis, Catherine Chauvel, and Sibyle Moulin, Environmental Science & Technology Letters Article ASAP, DOI: 10.1021/acs.estlett.0c00485

Dernières actualités
L’orage magnétique exceptionnel observé par l’IPGP
L’orage magnétique exceptionnel observé par l’IPGP
Les 10 et 11 mai derniers, une large partie de l’hémisphère nord a pu observer des aurores boréales à des latitudes exceptionnellement basses. Ces phé...
Une nouvelle micro-plaque tectonique identifiée au nord de la Faille du Levant
Une nouvelle micro-plaque tectonique identifiée au nord de la Faille du Levant
En analysant de façon systématique les images radar Sentinels-2, une équipe internationale met en évidence, dans une étude publiée dans Science Advanc...
Yann Klinger lauréat d’une ERC Advanced Grant 2023
Yann Klinger lauréat d’une ERC Advanced Grant 2023
Yann Klinger, directeur de recherche CNRS et responsable de l'équipe de Tectonique et mécanique de la lithosphère à l'IPGP, a obtenu la prestigieuse s...
Météorite et magnétisme en bande dessinée !
Météorite et magnétisme en bande dessinée !
Pour faciliter la compréhension de son sujet de recherche, une chercheuse de l'IPGP et du MIT s'est associée à une illustratrice, également géophysici...