Observatoire volcanologique et sismologique de Martinique (OVSM - IPGP) | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

Observatoire volcanologique et sismologique de Martinique (OVSM - IPGP)

 

 

L’OVSM-IPGP préconise le passage en niveau de vigilance volcanique jaune de la Montagne Pelée - en savoir plus

Vous trouverez ci-dessous :

 

      1. Focus

L'Observatoire Volcanologique et Sismologique de la Martinique enregistre l'évolution de l'activité volcanique de la Montagne Pelée et l'activité sismique autour de l'île de la Martinique. L'Observatoire, a été créé en 1902 par Alfred Lacroix lors de la première éruption magmatique historique de la Montagne Pelée (1902-1905).
L’ancien bâtiment du Morne des Cadets avait été construit en 1935 après la seconde éruption magmatique historique de la Montagne Pelée en 1929-1932. Intégré à l'Institut de physique du globe de Paris (IPGP) depuis la départementalisation de la Martinique en 1946, il est devenu depuis les années 1980 propriété du Conseil Général de la Martinique, et est actuellement la propriété de la Collectivité Territoriale de la Martinique (CTM). Classé monument historique depuis 2012, l’ancien bâtiment, véritable patrimoine architectural et historique de la Martinique, est destiné à terme à être rénové.

 

     2. Le nouvel observatoire

Les activités de l'Observatoire sont déplacées dans le nouveau bâtiment.  Moderne et parasismique,  il abrite depuis février 2019 les activités de recherche et d'observation en volcanologie, sismologie, et "tsunaminologie", en partenariat entre la CTM, l'IPGP et l'Institut National des Sciences de l'Univers (INSU) du CNRS. Le site est situé à 2 km en contrebas de l’observatoire du Morne des Cadets, en direction de la côte Caraïbe, avec une vue directe sur le volcan de la Montagne Pelée.

Ce nouvel observatoire est caractérisé par :

 

  •  Une capacité d’accueil optimisée pour l’équipe de l’OVSM-IPGP et pour les infrastructures liées au maintien des réseaux d’observation.
  •  Une meilleure capacité d’accueil des partenaires de recherche régionaux et internationaux.
  •  La création de nouveaux laboratoires d’analyses (géochimie, géophysique), ainsi que de caves d’expérimentation pour l’instrumentation géophysique.
  •  Un renforcement des relations avec les principaux acteurs du risque tellurique en Martinique.
  •  Un renforcement du rôle de formation universitaire (accueil de stagiaires) et de dissémination de l’information scientifique auprès du grand public.
  •  Une salle de conférence permettant d’accueillir une quarantaine de personnes.
  •  Il répond aux normes parasismiques et paracycloniques