Je suis
FR FR
Citoyen / Grand public
Chercheur
Étudiant / Futur étudiant
Entreprise
Partenaire public
Journaliste
Enseignant / Elève

Disparition de Paul Tapponnier (1947-2023)

Paul Tapponnier, géologue, pionner de l’étude de la déformation des continents et fondateur de l'équipe de tectonique de l'IPGP au début des années 1980, est décédé ce 24 décembre à Pékin. Ses anciens collègues et étudiants lui rendent hommage.

Disparition de Paul Tapponnier (1947-2023)

(© NTU Singapore)

Date de publication : 26/12/2023

Presse, Vie de l’Institut

C’est avec une grande tristesse que l’IPGP et ses anciens étudiants et collègues ont appris le décès de Paul Tapponnier à Pékin le 24 décembre 2023.

Paul Tapponnier, né le 6 janvier 1947 à Annecy (France), a été un pionner de l’étude de la déformation des continents. C’était avant tout un extraordinaire géologue de terrain qui, armé des techniques les plus récentes, lisait l’histoire de la Terre dans les paysages et les roches et savait développer des concepts simples pour expliquer ses observations. Son utilisation pionnière des images satellites a conduit à la fin des années 1970 à la publication de la première carte des failles actives à l’échelle de l’Asie centrale montrant de grands décrochements jusqu’alors passés inaperçus. Ces observations combinées à une approche physique des déformations, à des modèles analogiques et plus récemment numériques, l’ont conduit à proposer un modèle où le Tibet est expulsé en deux phases vers l’Est sous la poussée de l’Inde, provoquant l’ouverture de bassins marginaux. En collaboration étroite avec les géologues Chinois, népalais et d’autre pays son travail a permis de décrire les ruptures de surfaces de nombreux anciens tremblements de terre et de quantifier les vitesses de nombreuses failles quaternaires au Tibet, dans l’Himalaya, en Afar, en Afrique du Nord, au Proche Orient, en Méditerranée et en Amérique du Nord. Il a également travaillé sur les subductions et la source des tsunamis dans les Antilles et en Indonésie. Il avait cette capacité exceptionnelle d’intégrer le contexte géologique des déformations actives et donc d’appréhender des échelles de temps très variées. Il a encadré de nombreux étudiants en thèse qui se souviendront de sa rigueur, ainsi que de sa créativité. Il a été co-auteur de plus de 370 publications, dont certaines ont marqué l’histoire de la tectonique des plaques.

Ingénieur civil des mines de Paris en 1970, il obtient le doctorat ès sciences en 1978 à l’université de Montpellier sous la supervision de Maurice Mattauer et incluant un séjour de deux ans avec Peter Molnar au Massachusetts Institute of Technology (1973-1975). Il entre à l’Institut de physique du globe de Paris en 1980 où il fonde le Laboratoire de Tectonique, Mécanique de lithosphère. Il prend part aux premières explorations géologiques franco-chinoises du Tibet, qui seront suivies par de très nombreuses autres missions. A partir de 2009, il travaille à la Nanyang Technological University de Singapour, et depuis 2019 au National Institute of Natural Hazards à Pékin. Il a reçu de nombreuses distinctions tant scientifiques que civiles, notamment la médaille d’argent du CNRS (1984), la médaille Alfred Wegener (European Geological Union, 1985), le grand prix scientifique de la ville de Paris en 1990, Fellow of American Geophysical Union (1994), Francis Birch Lecturer (American Geophysical Union, 1999), la médaille Lyell (Geological Society of London, 2001). Il était membre de l’Académie des sciences de Paris dans la section Sciences de l’univers (2005, correspondant depuis 1994), de l’American National Academy of Sciences (2005), membre honoraire de la Geological Society of London, (2008), Einstein Professor de la Chinese Academy of Sciences (2011), et membre honoraire de la Nepal Geological Society (2012). Il a été nommé Chevalier de la légion d’honneur en 1996 et a reçu le Friendship Award du gouvernement chinois en 1998.

Parlant couramment l’anglais et l’italien, et ayant de bonnes notions de chinois Paul était curieux de tous les aspects des cultures étrangères. Il partageait cette passion avec sa femme, la photographe renommée Kevin Kling qui participait à la plupart de ses expéditions sur le terrain. Actif jusqu’à son décès ses travaux ont initié des discussions qui sont toujours d’actualité et sont source d’inspiration pour les géologues structuraux du monde entier.

Nicolas Arnaud, Jean-Philippe Avouac, Lucilla Benedetti, Anne Briais, Marie-Luce Chevalier, Liqing Jiao, Liu Jing, Yann Klinger, Cécile Lasserre, P. Hervé Leloup, Haibing Li, Isabelle Manighetti, Gilles Peltzer, Anne Replumaz, Jérôme Van der Woerd, Xiwei Xu au nom de l’ensemble de ces étudiants et collègues dans le monde entier.

Dernières actualités
L’orage magnétique exceptionnel observé par l’IPGP
L’orage magnétique exceptionnel observé par l’IPGP
Les 10 et 11 mai derniers, une large partie de l’hémisphère nord a pu observer des aurores boréales à des latitudes exceptionnellement basses. Ces phé...
Une nouvelle micro-plaque tectonique identifiée au nord de la Faille du Levant
Une nouvelle micro-plaque tectonique identifiée au nord de la Faille du Levant
En analysant de façon systématique les images radar Sentinels-2, une équipe internationale met en évidence, dans une étude publiée dans Science Advanc...
Yann Klinger lauréat d’une ERC Advanced Grant 2023
Yann Klinger lauréat d’une ERC Advanced Grant 2023
Yann Klinger, directeur de recherche CNRS et responsable de l'équipe de Tectonique et mécanique de la lithosphère à l'IPGP, a obtenu la prestigieuse s...
Météorite et magnétisme en bande dessinée !
Météorite et magnétisme en bande dessinée !
Pour faciliter la compréhension de son sujet de recherche, une chercheuse de l'IPGP et du MIT s'est associée à une illustratrice, également géophysici...