Je suis
FR FR
Citoyen / Grand public
Chercheur
Étudiant / Futur étudiant
Entreprise
Partenaire public
Journaliste
Enseignant / Elève

Publication du nouveau repère international de référence terrestre

Zuheir Altamini, responsable de l’équipe qui calcule et publie ce nouveau repère ITRF, chercheur en géodésie à l’IGN et à l’IPGP, revient sur l’importance d’une référence internationale commune et qui rend compte des évolutions permanentes de la surface de notre planète.

Publication du nouveau repère international de référence terrestre

Date de publication : 23/05/2022

Presse, Recherche

Équipes liées :
Géodésie

La Terre est une planète dynamique, dont la surface est en constante évolution sous l’effet des processus internes, des événements sismiques et telluriques ou transferts de masses hydrologiques par exemple. Or, connaître précisément la position d’un point à la surface du globe est primordial pour de nombreuses applications du quotidien, comme le positionnement par satellite (GPS), mais aussi pour l’étude et la surveillance des phénomènes géologiques et naturels. Pour s’assurer d’avoir une référence commune à tous, l’Union astronomique internationale et l’Union géodésique et géophysique internationale ont créé en 1988 le service international de la rotation de la Terre et des systèmes de référence (International Earth Rotation and Reférence System Service, IERS).

Carte du réseau mondial des observatoires géodésiques

Ce service est actuellement confié à l’IGN, via le repère international des référence terrestre (ITRF), dont les calcul et la publication sont assurée par l’équipe de Zuheir Altamimi, également géodésien à l’IPGP.

 

  • À quoi sert le repère international de référence terrestre ?

Zuheir Altimimi : « L’ITRF est la norme, ou la référence standard, recommandée par un certain nombre d’organisations scientifiques, comme l’Union Géodésique et Géophysique Internationale, pour le positionnement sur la surface de la Terre, la navigation satellitaire et les applications en science de la Terre. »

 

  • Pourquoi est-il nécessaire de le recalculer régulièrement ?

ZA : « L’ITRF est matérialisé et est accessible aux utilisateurs via les coordonnées temporelles de plus de 1000 instruments de mesure géodésiques réparties dans le monde entier, et qui, pour la plupart, observent en continue. Etant donné que les coordonnées évoluent au cours du  temps, il est nécessaire de mettre à jour l’ITRF (tous les 5 ans environ) afin d’améliorer leur précision, et ainsi tenir compte de leurs variations dues aux phénomènes géophysiques, tels que les tremblements de terre entre autres. »

 

  • Comment ce repère est-il utilisé dans les différents domaines des sciences de la Terre ?

ZA : « La géodésie, composante métrologique de la géophysique, est la science qui sert à quantifier les variations spatio-temporelles des trois propriétés fondamentales de notre planète, à savoir sa forme, son champ de gravité, et son orientation dans l’espace.
Les domaines des sciences de la Terre, ainsi que leurs usages de l’ITRF, sont donc multiples. Une des applications les plus emblématiques est celle qui concerne les calculs d’orbites des satellites altimétriques référencées dans l’ITRF. Ces satellites scannent les surfaces océaniques par altimétrie radars pour évaluer les variations spatio-temporelles du niveau des mers qui est un indicateur majeur du changement climatique. D’autres applications en tectonique ou en sismologie sont celles où l’on exploite les mesures des satellites GNSS/GPS dont les orbites et autres paramètres sont référencés dans l’ITRF. »

 

En savoir plus :

Dernières actualités
Séismes dans la région de Naples, les explications en vidéo de Patrick Allard
Séismes dans la région de Naples, les explications en vidéo de Patrick Allard
Suite à l'essaim de séismes qui a secoué la région de Naples le 20 mai dernier, Patrick Allard, chercheur émérite au CNRS et volcanologue à l'IPGP, an...
L’orage magnétique exceptionnel observé par l’IPGP
L’orage magnétique exceptionnel observé par l’IPGP
Les 10 et 11 mai derniers, une large partie de l’hémisphère nord a pu observer des aurores boréales à des latitudes exceptionnellement basses. Ces phé...
Une nouvelle micro-plaque tectonique identifiée au nord de la Faille du Levant
Une nouvelle micro-plaque tectonique identifiée au nord de la Faille du Levant
En analysant de façon systématique les images radar Sentinels-2, une équipe internationale met en évidence, dans une étude publiée dans Science Advanc...
Yann Klinger lauréat d’une ERC Advanced Grant 2023
Yann Klinger lauréat d’une ERC Advanced Grant 2023
Yann Klinger, directeur de recherche CNRS et responsable de l'équipe de Tectonique et mécanique de la lithosphère à l'IPGP, a obtenu la prestigieuse s...