Campagne ILAB-SPARC : étude de la transition lithosphère-asthénosphère dans l’océan atlantique | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Campagne ILAB-SPARC : étude de la transition lithosphère-asthénosphère dans l’océan atlantique

Une mission océanographique dirigée par Satish Singh de l'IPGP et financée par l'ERC - TransAtlanticILab.

 

Conduite par Satish Singh, de l'équipe de recherche "Géosciences marines" à l'institut de physique du globe de Paris, la mission ILAB-SPARC s'est déroulée du 26 août au 2 octobre 2018 à bord du navire océanographique français Pourquoi Pas ?, au départ et à l’arrivée de Mindelo, au Cap Vert. ILAB-SPARC (Imaging of Lithosphere-Asthenosphere Boundary across St Paul, Romanche and Chain Fracture Zones) fait partie du projet TransAtlanticILab, financé par l’European Research Council (ERC), qui a pour but d’étudier la lithosphère océanique jusqu'à 100 km de profondeur.

 

 

 

 

Localisation de la zone d’étude, en rouge pointillé les précédentes missions, en rouge plein, ILAB SPARC.

Suite à l’acquisition des données des deux précédentes missions (2750 km de données acquises par sismique réflexion en 2015 à bord du navire de Schlumberger Western Trident, puis 1100 km de données acquises par sismique réfraction en 2017 à bord du navire allemand Maria S Merian), 85 sismomètres "fond de mer" (ou OBSs - Ocean Bottom Seismometers) de l’IFREMER ont été déployés pour l’acquisition de deux profils différents de sismique réfraction :

 

Plan de position des profils acquis

1) un profil Nord-Sud de 850 km avec un déploiement de 50 OBSs situés dans les zones de fractures (ZF) St Paul, Chain et Romanche. Un écart d’âge est présent de part et d’autre de chaque fracture, 70 Ma à 40 Ma pour la ZF St Paul, 40 Ma à 7 Ma pour la ZF Romanche et 10 Ma à 26 Ma pour la ZF Chain.

 

2) un profil Est-Ouest de 585 km avec un déploiement de 35 OBSs, parallèle à la faille transformante Chain et recoupant la dorsale médio-atlantique. Ce profil couvre la lithosphère d’âge 0 Ma jusqu’à 26 Ma.

 

 

(© IFREMER)

> Animation présentant le principe d’acquisition de la sismique réfraction

 

Exemple de l’OBS 45 avec des arrivées observables sur 700 km

Les données acquises au cours de la mission ILAB-SPARC par les OBSs sont exceptionnelles, certaines étant observées jusqu’à 700 km de distance entre les récepteurs (OBSs) et la source. Une prouesse rendue possible grâce à la nouvelle configuration de la source acquise par Genavir cette année.

 

Un autre profil de sismique réfraction a été acquis avec un déploiement de 5 OBSs sur 56 km à la transition entre la zone de fracture et la faille transformante de Chain, ainsi que 7 profils de sismique réflexion. Un des OBSs permet d’observer la structure de la croûte océanique.

 

En outre, des données de bathymétrie, de gravité, de magnétisme et de sondeur de sédiments ont également été acquises.

 

La mission ILAB-SPARC est donc une véritable réussite, portée par l'ensemble des équipes à bord, celles des scientifiques de l'IPGP et de GEOMAR, de l’équipe technique d'IFREMER s’occupant des OBS, de l’équipe technique de Genavir s’occupant de la source et de la flûte sismique et enfin celle des marins de Genavir.

 

Par Muriel Laurencin et Milena Marjanovic (IPGP)