Éruption de Soufrière Hills à Montserrat du 11 février 2010 | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Éruption de Soufrière Hills à Montserrat du 11 février 2010

La Guadeloupe et la Martinique subissent des chutes de cendres en provenance du volcan Soufrière Hills à Montserrat.

 

Jeudi 11 février 2010, le dôme du volcan Soufrière Hill, situé sur l’île de Montserrat à 70km au nord de la Guadeloupe, s’est partiellement effondré provoquant un large panache de cendres volcaniques.

Cet épisode commencé hier à 12h35 heures locales (GMT-4) s’est poursuivi pendant 55 minutes avec un paroxysme à 13h04. L'activité sismo-volcanique est restée calme ensuite. L’Observatoire volcanologique de Montserrat (MVO) indique que le volcan n’émet actuellement plus de cendres susceptibles d’affecter les îles de Guadeloupe et Martinique.

Le panache de cendre du 11 février 2010 s’est élevé à environs 15km au dessus du volcan selon les témoignages de pilotes de ligne. Les vents d’altitude ont ensuite entrainé une partie des cendres en direction du Sud atteignant ainsi les îles de l’archipel de Guadeloupe dès l'après midi du 11 puis la Martinique dans la matinée du 12.

Les épaisseurs de cendres constatées en Guadeloupe sont de l’ordre de 1 à 3 millimètres (50g/m2 en 24heures mesurés à Petit Bourg) et sont attendues inférieures en Martinique.

 

 

MODIS
Image du radiomètre MODIS (a bord du satellite Terra) de l’ile de Montserrat reprise le 12 février 2010 à 02h40 UTC (22h40 heure locale), 10 heures après l’explosion partielle du dôme du volcan Soufrière Hills de Montserrat qui a eu lieu entre 12:30 et 13:15 heures locales le 11 février 2010. L’auréole brillante située au centre de l’image (pixel), correspond à la partie de l’édifice volcanique de Soufriere Hills intéressé par le phénomène. Le panache volcanique composé de cendres et de SO2 se développe sur plus de 800 km vers l’est et plus de 200 km vers le Sud. (Données MODIS-Terra NASA téléchargées du site web LAADS de l’USGS, traitées et modélisées dans le cadre du projet GLOBVOLCANO – DUE de l’Agence Spatiale Européenne)

 

 

AQUA
Le spectroradiomètre imageur à résolution moyenne (MODIS) du satellite Aqua de la NASA a capturé cette image en vraies couleurs, le 11 Février 2010, l'après-midi juste après que le dôme se soit effondré. (NASA)
         

 

 

Pas de danger majeur en Guadeloupe et Martinique

Ces cendres ne représentent pas de danger majeur pour la population à la condition de respecter les recommandations principales de l’International Volcanic Health Hazard Network (IVHHN) :

• Rester autant que possible à l’intérieur des bâtiments (en particulier les enfants)
• Utiliser un masque, un mouchoir ou un tissu sur le nez et la bouche
• Éviter de porter des lentilles de contact car elles occasionneront une abrasion de la cornée
• Si l’eau contient des cendres, laisser sédimenter et utiliser l’eau claire. Si l’eau contient beaucoup de cendre, ne pas utiliser les lave-vaisselle ou machine à laver le linge. L’eau contaminée par de la cendre aura mauvais goût avant qu’elle ne présente un risque pour la santé.
• Il est possible de consommer les légumes du jardin mais il faut bien les laver au préalable.
Eviter d’utiliser les véhicules à moteur.

Les recommandations complètes à suivre avant, pendant et après des chutes de cendres sont disponibles en Français dans ces deux fascicules :

 

www.ivhhn.org/images/pamphlets/preparedness_guidelines_french_print_imposed.pdf

 

www.ivhhn.org/images/pamphlets/health_guidelines_french_print_imposed.pdf

 

Toutefois, ce type de panache représente un danger pour la circulation aérienne. Certains des aéroports de la zone dont celui de Pointe à Pitre ont donc été fermés.

Le risque de tsunami est actuellement écarté.

 

A Montserrat Soufrière Hill demeure actif

Les dernières observations effectuées par l’Observatoire volcanologique de Montserrat indiquent qu’une large cicatrice entaille le flanc nord-est du dôme de Soufrière Hills. Le sommet et la partie sud-ouest du dôme demeurent intacts. D’autres effondrements susceptibles de générer des panaches de cendres ne sont pas à exclure à l’avenir sans que l’on puisse en prévoir ni le moment, ni l’ampleur.

 

Le dôme ayant cru jusqu'à des volumes très importants, sa déstabilisation était possible et envisagée par les scientifiques depuis de nombreux mois. Le niveau de danger volcanique avait d'ailleurs été relevé de 3 vers 4/5 par les autorité locales (NDPRAC) le 10 décembre dernier. Depuis plusieurs jours l'accès à la "zone B" était lui aussi restreint.

 

Plus d’informations : www.mvo.ms

 

La Soufrière de Guadeloupe, à ne pas confondre avec Soufrière Hills à Montserrat, n’a par vu son activité changer ces derniers jours. On y observe une activité hydrothermale et des fumerolles normale. Aucune activité profonde n’a été décelée.

L'activité volcanique en cours à Montserrat n'a aucun lien direct avec le récent séisme en Haïti.

Les observatoires volcanologiques et sismologiques de Guadeloupe et de Martinique travaillent étroitement avec l’Observatoire volcanologique de Montserrat avec le soutien de l’Institut de Physique du Globe de Paris et du Seismic Research Center – UWI de Trinidad et Tobago. Ces derniers assurent 24h/24 la surveillance sismologique et volcanologique des îles de l’arc des Petites Antilles.

 

20100212 1700GMT OVSG-OVSM/IPGP GL/JBC/MPB