Essaim simique à l'est de Mayotte, mai-juin 2018 | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Essaim simique à l'est de Mayotte, mai-juin 2018

Localisation de l'essaim sismique (étoile violette) à l'est de Mayotte. (© L. Michon - IPGP)

Une intense activité sismique affecte l'île de Mayotte depuis le début du mois de Mai 2018. Ces séismes forment un essaim avec des épicentres regroupés en mer 50 à 60km à l'est de la côte de Mayotte. La grande majorité de ces séismes est de faible magnitude, mais plusieurs évènements de magnitude modérée (au maximum 5.9) ont été fortement ressentis dès le 10 mai par la population et ont endommagé certaines constructions. Le suivi au jour le jour de cette sismicité est effectué par le BRGM. L'IPGP met à disposition du BRGM les données de ses stations sismiques régionales. Les données sismologiques acquises par le réseau de l'Observatoire Volcanologique du Karthala (OVK) du Centre National de la Documentation Scientifique (CNDRS) sur l'île de Grande Comore (Union des Comores), qui travaille en partenariat avec l'IPGP depuis de longues années, ont été mises à disposition du BRGM en temps réel.

 

 

L'île de Mayotte fait partie de la chaîne volcanique de l'archipel des Comores. Le volcanisme y a débuté il y a environ 20 millions d'années, puis s'est propagé vers l'ouest, formant successivement les différentes îles de l'archipel, Mayotte, Anjouan, Mohéli, Grande Comore. Le volcanisme le plus récent se trouve sur Grande Comore, où le Karthala est un volcan très actif dont la dernière éruption remonte au 12-15 janvier 2007. Sur Mayotte, le volcanisme s'est prolongé, de façon moins active, jusqu'à l'époque actuelle, avec les datations les plus récentes remontant au Quaternaire (~4000 ans). Ce volcanisme et la sismicité modérée de cette zone sont interprétés de deux façons. Il s'agirait soit de l'effet d'un petit point chaud, soit d'une déformation lithosphèrique associée au système de rift est-africain.

 

Localisation des épicentres des séismes. (© E. Jacques - IPGP)

L'essaim sismique du mois de mai 2018 est localisé en mer, à l'est de Mayotte, par des fonds océaniques d'environ 3000m. La durée de l'essaim (plusieurs semaines), la dynamique oscillatoire de la sismicité (nombre de séismes et énergie libérée par jour) et les magnitudes faibles à modérées des évènements tous localisés dans la même zone, suggèrent une combinaison de phénomènes volcaniques (fluides hydrothermaux et/ou magmatiques) et tectoniques.

 

 

Mécanisme du séisme du 15/05/18 15h48. (© Geoscope)

Les mécanismes au foyer déterminés pour les 3 évènements de plus forte magnitude (ici sur le site de GEOSCOPE) montrent des ruptures en faille décrochante avec une composante en extension. Les données des stations géodésiques (GPS) les plus proches (à Mayotte), traitées par l'Observatoire du Piton de la Fournaise (OVPF-IPGP), ne montrent pas de déformations mesurables associées à la crise sismique, ce qui est normal compte tenu de la distance et de la magnitude modérée des séismes.

 

 

Analyse des images radar du satellite Sentinel-1 par interférométrie (InSAR) (© R. Grandin - IPGP)

Une analyse des images radar Sentinel-1 par interférométrie jusqu'au 2 juin, couvrant toute l'île, confirme l'absence de déformation détectée (cette technique, InSAR permet de mesurer précisément les déplacements du sol entre deux dates. Les couleurs visibles sur l'image de gauche sont interprétées comme d'origine atmosphérique. La déformation du sol, si elle est présente, semble être très petite (inférieure au centimètre)).

 

L'absence de réseau sismique proche (en fond de mer) encadrant l'essaim sismique, et le manque de données précises de géophysique (bathymétrie détaillée par exemple), ne permettent pas d'être plus précis sur la source et l'évolution de ces évènements.

 

 

 

Pour en savoir plus :