Chercheurs et enseignants-chercheurs ayant rejoint l'IPGP en 2020 | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Chercheurs et enseignants-chercheurs ayant rejoint l'IPGP en 2020

Guillaume Avice

Diplômé de l'École Nationale Supérieure de Géologie de Nancy, Guillaume Avice obtient son doctorat en Géosciences au Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques de Nancy (CRPG, Université de Lorraine) en 2016. Il part ensuite travailler deux ans au California Institute of Technology (Caltech, USA) où il collabore avec les équipes du Jet Propulsion Laboratory (Caltech/NASA, USA) pour développer un spectromètre de masse miniaturisé pour les missions spatiales. Il intègre l'IPGP en 2018 en tant que chercheur postdoctoral (bourse DIM ACAV+) avant d'être nommé en 2020 chargé de recherche CNRS à l'IPGP. Ses thématiques de recherche concernent l'origine et l'évolution des atmosphères planétaires. Il utilise les informations apportées par l'étude des abondances isotopiques des gaz rares et de l'azote dans des roches anciennes pour comprendre l'histoire des atmosphères et des planètes.

 

Contact : avice@ipgp.fr

 

Elodie Lebas

Elodie Lebas obtient son doctorat en géophysique à l’IPGP en 2012. De 2013 à 2020, elle conduit sa recherche postdoctorale à Kiel en Allemagne, tout d’abord à l'institut GEOMAR (2013-2015) puis à l’université Christian-Albrecht (2015-2020). Elle effectue ensuite un postdoctorat à l’université de Lisbonne au Portugal, avant d’être recrutée en tant que Physicienne Adjointe dans l’équipe Géosciences Marines de l'IPGP pour travailler sur la crise sismo-volcanique actuelle au large de Mayotte au sein du REVOSIMA (Réseau de surveillance volcanologique et sismologique de Mayotte). Ses travaux de recherche reposent sur l’analyse de données de géophysique marine afin de reconstruire l’histoire paléo-environnementale des bassins sédimentaires au large des îles volcaniques et en milieux lacustres, et d’identifier les processus géologiques et d’instabilités les affectant au cours du temps. Elle travaille également sur des études de téphrochronologie marine dans le but de reconstituer l’histoire éruptive passée des édifices volcaniques en domaine insulaire.

 

Contact : elebas@ipgp.fr

 

Cécile Prigent

Cécile Prigent obtient son doctorat en Sciences de la Terre à l'ISTerre (Université Grenoble-Alpes) en 2017. Elle conduit ensuite trois ans de recherche postdoctorale à l’Université du Delaware (USA), avant d’être recrutée comme maîtresse de conférences à l’IPGP en 2020 dans l’équipe Géosciences Marines. Ses recherches portent sur la rhéologie de la lithosphère aux interfaces de plaque, avec un intérêt particulier pour l’étude des mécanismes de rétroaction entre fluides et déformation des roches et de leurs conséquences sur les processus sismiques. Elle travaille principalement à partir de l’étude d’échantillons naturels en utilisant une démarche interdisciplinaire pétrologique, (micro)structurale et géochimique pour tracer la circulation des fluides et étudier les impacts des interactions fluide-roche sur le comportement mécanique des roches.

 

Contact : prigent@ipgp.fr

 

Lise Retailleau

Lise Retailleau obtient son doctorat en Sciences de la Terre et de l’Environnement à l’IPGP en 2015. Elle part ensuite en post-doctorat à l’ISTerre (Grenoble). En 2017, elle rejoint l’Université de Stanford (School of Earth) en Californie en tant que Post-doctoral Scholar. Elle intègre enfin l’IPGP en février 2020 en tant que post-doctorante à l’OVPF avant d’être nommée Physicienne Adjointe à l’IPGP en septembre 2020. Son travail se concentre sur l’analyse des signaux enregistrés pas les réseaux sismologiques pour l’étude des sources allant de la sismicité volcano-tectonique à Mayotte aux cyclones tropicaux.

 

Contact : retailleau@ipgp.fr