Actualités OVPF | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS
Souscrire à Syndiquer

  Actualités OVPF

Actualités et informations publiques de l'OVPF

 

Répondeur OVPF: 02 62 - 27 54 61

 

Le Piton de la Fournaise en direct :

Vue du Cratère Dolomieu depuis Cratère Bory. (OVPF-IPGP)
Vue depuis Piton des Basaltes. (OVPF-IPGP)
Camera PIton Partage
Vue depuis Piton Partage. (OVPF-IPGP)
Vue depuis Piton de Bert. (OVPF-IPGP)

 

RETROUVEZ LES BULLETINS METEO EN CLIQUANT ICI

 

 

NIVEAU D'ALERTE : PAS D'ALERTE EN COURS

La phase de vigilance en cours a été levée à compter du 1er août 2014 00h00.

Carte des séismes survenus depuis le 1er Janvier 2014. L'échelle des couleurs renseigne des dates et la dimension des cercles renseigne de la magnitude du séisme.

BULLETIN du 1er OCTOBRE 2014


PREAMBULE  
En raison de l’activité relativement faible au Piton de la Fournaise, la fréquence de publication des bulletins passe de mensuelle à trimestrielle. Cette fréquence est à considérer comme évolutive en fonction de l’activité à venir.

BILAN DE LA CRISE DE JUIN 2014 :
Après 3,5 années de repos, le Piton de la Fournaise (PdF) a connu une éruption sommitale le 20 juin 2014, à 21h35 (GMT soit le 21 juin 0h35 heure locale). L'éruption a duré 20 heures et a été précédée par:

i) l'apparition de sismicité excentrique profonde (15-20 km sous le niveau de la mer, 9 km au nord-ouest du sommet du volcan ; secteur de la Plaine des Palmistes) en mars et avril 2014;
ii) l’augmentation, sur la même période, des flux de CO2 du sol le long de la rift zone nord-ouest;
iii) l'augmentation du nombre et de l'énergie des séismes Volcano-Tectoniques à faible profondeur (< 1,5 km d'altitude) sous le sommet du Piton de la Fournaise ;
iv) des variations de la composition des gaz émis au sommet seulement quelques jours avant l’éruption.

L'augmentation des événements Volcano-Tectoniques a eu lieu à partir du 9 Juin. La crise sismique a débuté à 20h06 (GMT) le 20/06 ; 74 minutes avant l’apparition du trémor. Les déformations ont commencé à 20h20 (GMT).

Depuis 2007, Piton de la Fournaise a émis de petits volumes de magma (<3 Mm3) au cours d’événements précédés par des phases “faibles et courtes” en précurseurs.
Pour suivre cette activité complexe, de nouvelles méthodes de surveillance ont été déployées à l’OVPF :
i) les méthodes “JERK” et “MSNoise” ont été développées pour compléter le traitement des données sismiques,
ii) des inclinomètres de forage installés sur le rempart permettent de mesurer des déformations plus faibles et le transfert magmatique,
iii) le suivi permanent des émissions de gaz volcaniques au sommet, ainsi que les flux de CO2 dans sol à distance du sommet permettent de caractériser et quantifier des remontés de fluides volcaniques depuis différentes profondeurs.

Parallèlement, la télédétection a permis les observations de syn-éruptives suivantes:
i) l’INSAR a confirmé les mesures effectuées par le réseau géodésique OVPF montrant que la déformation est localisée essentiellement autour des fissures éruptives,
ii) des images SPOT5 acquises à 05h41 (GMT) le 21/06 ont permis la définition de la zone de champ d'écoulement (194 500 m2),
iii) une image MODIS acquise à 06h35 (GMT) le 21/06 a permis de calculer un débit de lave (moyen) de 6,9 ± 2,8 m3 s-1, ce qui permet d‘estimer un volume total émis compris entre 0,3 et 0,4 Mm3.

Les analyses préliminaires des échantillons de lave et de scories suggèrent que la presque totalité du volume émis ont un caractère différencié (MgO :.5.8 à 6.2% en poids) ce qui est en accord avec une longue résidence à faible profondeur. Cependant, un petit volume de scories a un caractère plus « primitifs/chaud » (MgO:. 8,2% en poids). Ce petit volume pourrait témoigner d’une nouvelle injection de magma plus profond, qui aurait pu contribuer à déstabiliser le magma plus superficiel déjà stocké à faible profondeur.
L’absence de déformations pré-éruptives et de sismicité profonde sous le sommet du Piton de la Fournaise durant cette crise pourrait s’expliquer par un faible volume de magma injecté.

L’ensemble de ces analyses repose sur les travaux de l’OVPF / Institut de Physique du Globe de Paris (IPGP) et des collaborateurs d’ISTerre (Grenoble), de l’Observatory Royal de Belgique, de SEAS-OI (Saint Pierre), du LMV (Clermont-Ferrand) et de l’Université de Turin.

 

BILAN de la période du 1er JUILLET au 1er OCTOBRE 2014 :

PITON DE LA FOURNAISE
Le niveau d’activité du Piton de la Fournaise est faible. Une faible sismicité a été détectée à l’aplomb du cratère sommital Dolomieu. Les mesures de géodésie ne montrent qu’une légère déflation qui se poursuit au niveau du cône sommital. Les mesures de gaz ont détecté de faibles émissions soufrées (H2S et plus rarement SO2) pendant la période indiquée.

SISMOLOGIE
- Séismes volcano-tectoniques (VT : séismes associés à la fracturation des roches en profondeur) : le nombre de VT est très faible, avec une moyenne de 1 événement par semaine. L’énergie moyenne (magnitude max inférieure à : 1) est très inférieure en comparaison avec celle des mois précédents l’éruption du 21 juin 2014.
- Les foyers sismiques sont localisés à l’aplomb du cône sommital du Piton de la Fournaise à faible profondeur, entre 400 m et 800 m au-dessus du niveau de la mer.
- Éboulements : un nombre modéré d’éboulements sommitaux de petit volume (17/jour en moyenne) est détecté au sein du cratère Dolomieu. Cette activité est en diminution par rapport aux mois précédents.

GÉODÉSIE
- Suite à l'éruption de juin, la légère déflation sommitale observée depuis début 2011 a repris à une vitesse légèrement plus faible (de l'ordre de 1-2 cm / an suivant la localisation des stations).

GÉOCHIMIE
- De faibles émissions soufrées (H2S et SO2) ont été détectées dans la période indiquée. Le flux de CO2 par le sol diminue régulièrement après la dernière éruption.

ENSEMBLE DE L’ILE DONT LE PITON DES NEIGES
- Le niveau d’activité sismique à l’échelle de l’île dont la zone du Piton des Neiges est faible. En moyenne 1.8 séismes par semaine ont été enregistrés.
- La magnitude de ces événements est faible, toujours inférieure à 1.5 en dehors de trois événements dont la magnitude a été mesurée à 1.79 (sous le massif du Maserin), 1.85 et 2.09 (sous la Roche Ecrite). A noter que le séisme de 2.09 a été ressenti par la population du nord de l’île le 13 juillet 2014.
- Les foyers des événements sismiques sont localisés en profondeur entre 5 et 28 km sous le niveau de la mer. Ces séismes concernent l’ensemble de l'île.
- La profondeur et la magnitude de ces événements sont telles qu’ils n’ont aucune influence en surface.
 

 

 

 

Bulletin du 21 juin 22h00, heure de La Réunion

Le trémor volcanique a commencé à diminuer d’intensité de façon significative à partir de 16H00

A 21H09 après plusieurs heures de phaseclassique de variations d’intensités, le trémor a disparu. Le trémor éruptif enregistré par les stations sismologiques, étant généré par le mouvement des gaz (moteurs de l'éruption) entrainant le magma vers la surface. La fin du trémor marque la fin d’une alimentation (qui peut être progressive ou soudaine)

L’OVPF n’écarte néanmoins aucune hypothèse quant à une évolution dans les heures à venir.

 

Bulletin du 21 juin 2014 : 14H30 TL

Eruption en cours depuis 1h35 heure locale (21H35 TU)

Localisation des fissures éruptives sur le flanc ESE du cône sommital entre le cratère Maillard et le petit plateau à environ 2300 m d’altitude.

Une reconnaissance héliportée a permis dans la matinée de visualiser la phénoménologie de l’éruption :

  1. 1/ Une seule fissure sur les trois visibles depuis la caméra de Piton de Bert était active à 8H30 (TL). Elle se caractérise par un dynamisme faible avec de petites fontaines.
  2. 2/ Uniquement deux fissures ont pu être identifiées. Du fait du mauvais temps lors du survol du sommet ou parce que deux fissures sur les trois observées sur la caméra sont en fait contiguës.
  3. 3/ La fissure de décembre 2009, radiale au sommet et la fissure inactive émettent beaucoup de vapeur d’eau.
  4. 4/ la fissure active a édifiée un petit spatter rempart et contient la majeure partie de la coulée
  5. 5/ la coulée se divise à la sortie de la fissure en deux branches principales parallèles qui s’étirent sur 1,5 km.
  6. 6/ A 1990 m d’altitude, au niveau du cratère Langlois, les deux langues de laves se séparent distinctement. Une passe par l’Est et s’arrête après environ 250 mètres. La seconde, contournant par l’Est et le Sud le Langlois s’étire sur environ 500 mètres.
  7. 7/ un échantillonnage de laves, des mesures de températures et de gaz dans le panache éruptif ont été réalisés.
  8. 8/ Un panache de SO2 très dilué s’étire longeant le relief en contournant le volcan pour être transporté vers le Nord par les vents dominants.

 

A l’OVPF, le Tremor a diminué dans les premières heures de l’éruption et semble se maintenir actuellement.

 

 

Bulletin du 20 juin 2014 22h00 – Heure de La Réunion

Après deux jours caractérisés par une activité relativement plus modérée, la journée du 20 juin 2014 connaît un regain quant au nombre d’événements enregistrés.

Entre 9h TU (13H TL) et 18H (22H TL) ont été enregistrés par le réseau de l’OVPF :  

  • 179 séismes volcano-tectoniques
  • 31 « rock-falls ». 

 

Cette situation persiste actuellement.

 

- Aucune déformation associée,

- Pas de gaz détecté de façon significative,

- Localisation de la sismicité inchangée depuis de le début de cette activité soutenue,

- Pas de signe d’alimentation profonde

 

Les mesures complémentaires réalisées au sommet du Piton de la Fournaise le 19 juin 2014 sont cohérentes avec les informations enregistrées par le réseau permanent de l’OVPF qu’il s’agisse de géochimie ou de géophysique.

 

 

Bulletin du 19 juin 18h, heure de La Réunion

La diminution relative de la sismicité sous le sommet du Piton de la Fournaise permet aujourd’hui de faire un bilan chiffré précis sur 12 jours.

  • Le 7 juin 2014 : 3 VT & 27 effondrements enregistrés
  • Le 8 juin 2014 : 1 VT & 25 effondrements enregistrés
  • Le 9 juin 2014 : 8 VT & 29 effondrements enregistrés
  • Le 10 juin 2014 : 20 VT & 41 effondrements enregistrés
  • Le 11 juin 2014 : 53 VT & 53 effondrements enregistrés
  • Le 12 juin 2014 : 45 VT & 67 effondrements enregistrés
  • Le 13 juin 2014 : 125 VT & 261 effondrements enregistrés
  • Le 14 juin 2014 : 32 VT & 93 effondrements enregistrés
  • Le 15 juin 2014 : 35 VT & 87 effondrements enregistrés
  • Le 16 juin 2014 : 54 VT & 97 effondrements enregistrés
  • Le 17 juin 2014 : 207 VT & 415 effondrements enregistrés
  • Le 18 juin 2014 : 38 VT & 32 effondrements enregistrés

A ce jour, le bilan montre que le maximum d’activité sismique a été observé sur une période d'environ 7 heures et 15 minutes (1H15 TU à 8H30 TU) le 17 juin.

 

Depuis la fin de ce pic d’activité l’OVPF a enregistré en moyenne 1.5 séismes et 1.6 effondrements par heure.

- Aucune déformation associée
- Pas de gaz détecté de façon significative
- Localisation de la sismicité inchangée depuis de le début de cette activité soutenue

Dans la journée du 19 juin des mesures complémentaires de géodésie, de températures et gaz ont été réalisées par une équipe envoyée au sommet. Les traitements des données sont en cours.

Bilan de la sismicité enregistrée entre le 6 juin 2014 0h TU et le 19 juin 2014 14h TU.

 

 

Bulletin du 17 juin 21:00, heure de La Réunion

La forte activité sismique observée depuis ce matin 1h15 TU soit 5h15 Heure de La Réunion et le grand nombre d’effondrements dans le Dolomieu se sont maintenus jusqu’à environ 8h30 TU soit 12h30 Réunion.

En 7 heures, ont été enregistrés 161 séismes