Séismes de Kyushu, Japon | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Séismes de Kyushu, Japon

Mw 6.2, 6.0, 7.0 à 7.3
Détermination automatique de la source du séisme par GEOSCOPE

Ces derniers jours, il s'est produit 3 séismes importants, deux de magnitude un peu supérieure à 6 suivis un jour plus tard par un de magnitude 7 à 7.3, tous à proximité de la ville de Kumamoto, sur l'île de Kyushu au Japon. Les deux premiers sont considérés comme des séismes précurseurs (foreshocks) du choc principal. De très nombreuses répliques ont suivi cette séquence de séismes.

Ces séismes sont la conséquences de la rupture d'une faille décrochante (mouvement de coulissement horizontal), dextre (la région au nord ouest de la faille s'est déplacée vers le NE, vers la droite, par rapport à la région au SE). La faille en question correspond à la terminaison sud-ouest d'une grande structure géologique, la Median Tectonic Line, qui traverse tout le Japon central et du sud ouest. Cette zone de faille est active, décrochante. Le séisme de Kobe, 1995 magnitude 6.9 environ 6500 morts s'était produit sur une faille satellite de cette grande zone de faille.

 

Il n' y a, a priori, aucun lien entre ces séismes au Japon et le séisme du 16 avril en Équateur.

Un séisme de magnitude importante peut effectivement en déclencher un autre mais à des distances de l'ordre de quelques centaines au millier de km au maximum. Le mécanisme est le suivant : la rupture sismique sur une faille géologique modifie les forces à son voisinage. Ceci peut amener d'autres failles à rompre, éventuellement en cascade. C'est ce qui s'est passé au Japon avec une séquence de 3 séismes importants (2 de magnitude un peu plus de 6 puis un de magnitude 7.3)

À des distances plus importantes, comme Japon - Equateur, on ne connait pas de mécanisme physique simple d'interaction ou de déclenchement. C'est a priori une coïncidence, ce qui est parfaitement en accord avec la connaissance statistique de l'histoire sismique mondiale.

 

Le volcan Aso, à proximité immédiate de la faille qui a rompu, est entré en éruption modérée juste après le séisme. Il est possible / probable que l'éruption ait été déclenchée par le séisme (même type de mécanisme : perturbation des contraintes / forces par le séisme). On peut même envisager le contraire : une éruption en préparation en profondeur aurait pu modifier les forces sur la faille et ainsi déclencher les séismes. Ces liens devront être explorés plus avant par les chercheurs. Néanmoins, le volcan Aso est très actif, avec de fréquentes éruptions explosives d'intensité moyenne, avec cendres et panache. La dernière date d'il y a quelques mois...

 

Pour en savoir plus :

- La page de GEOSCOPE sur le séisme

- La page du GSI (en japonais)