Philippe Lognonné et Frédéric Moynier, lauréats du Prix de l'Académie des sciences 2020 | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Philippe Lognonné et Frédéric Moynier, lauréats du Prix de l'Académie des sciences 2020

Mardi 24 Novembre 2020

 

L’Académie des sciences a annoncé, mardi 24 novembre, les noms des 68 lauréats et lauréates des 65 prix qu’elle a attribués en 2020. Cette année, deux prix de l’Académie sont remis à des chercheurs de l’IPGP. Avec les lauréats d’Université de Paris, ils présentent, dans une série de vidéos, leurs travaux récompensés par ces distinctions.

 

Ce prix annuel, créé en 2017 et doté de 10 000 euros, est destiné à récompenser le ou les auteur(s) français ou étranger(s) de recherches conduites dans un laboratoire français pour des travaux remarquables en astrophysique, sans se limiter à ceux qui mettent en œuvre des techniques spatiales. Philippe Lognonné reçoit cette année ce prix conjointement avec Sylvestre Maurice de l’Observatoire Midi-Pyrénées.

Après un début comme théoricien des vibrations de la Terre, Philippe Lognonné s’est tourné vers la géophysique externe et planétaire. Il a formalisé le couplage des séismes et tsunamis avec l’ionosphère terrestre tout en développant avec ses collaborateurs les capteurs nécessaires aux défis de la sismologie planétaire. Il est l’un des instigateurs de la mission NASA InSight et responsable de son sismomètre.

> voir le portrait de Philippe Lognonné en vidéo

 

Ce prix annuel, créé en 1992 et doté de 10 000 euros, est décerné sur proposition de l’Académie des sciences, pour encourager le développement de la science dans ses manifestations les plus diverses. Il sera attribué alternativement dans le ressort de la division des sciences mathématiques et physiques, sciences de l’univers et leurs applications (il en est ainsi en 2020) et dans le ressort de la division des sciences chimiques, biologiques, médicales et leurs applications.

Frédéric Moynier effectue des recherches en géo-cosmochimie isotopique, de l’étude de l’origine du système solaire, à la formation et différenciation de la Terre, de la Lune et de Mars. Il a ainsi mis en évidence une différence de composition isotopique entre la Lune et la Terre, constituant les premières preuves chimiques de la formation de la Lune par un impact géant, changeant notre compréhension de la formation planétaire. Il a en outre ouvert la géochimie isotopique aux sciences médicales en découvrant que la maladie d’Alzheimer modifiait la composition isotopique des métaux du cerveau, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives dans le diagnostic de la maladie.

> voir le portrait de Frédéric Moynier en vidéo