Observatoire de l'eau et de l’érosion aux Antilles | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

OBSERA : OBServatoire de l’Eau et de l'éRosion aux Antilles

L'Observatoire de l'Eau et de l’Erosion aux Antilles (ObsERA) est Service National d'Observation labellisé par l’INSU-CNRS en 2011. Il étudie l'influence de l'altération et de l'érosion sur les paysages et les grands cycles biogéochimiques dans le contexte particulier de l’île de Basse-Terre, une île tropicale volcanique de l'archipel de la Guadeloupe, dans l'arc des petites Antilles.  Membre de l’Infrastructure de Recherche OZCAR, ObsERA implique des équipes de l'Institut de Physique du Globe de Paris et de son Observatoire Volcanologique et Sismologique de Guadeloupe (OVSG), du Laboratoire de Géologie de Lyon, Terre Planètes Environnement (UMR 5276, Observatoire des Sciences de l’Univers de Lyon), et du Laboratoire Géosciences Océan (UMR 6538, Université de Bretagne Occidentale).

 

Les données collectées par ObsERA sont accessibles avec un identifiant et un mot de passe sur le site de distribution des données d'ObsERA. Si vous n'avez pas de compte, il vous suffit d'en créer un. Pour cela,  (1) connecter vous au site de distribution des données d'Obsera, (2) choisissez l'option "Annuler" au moment de la connexion, (3) remplisser le formulaire de création de compte.

 

Nous remercions les utilisateurs des données OBSERA d'inclure la phrase suivante dans leurs articles : "The data were collected and distributed by the Observatoire de l’Eau et de l’éRosion aux Antilles (ObsERA)."

 

 

La surface de la Terre peut être considérée comme un réacteur complexe évoluant sous l’effet de processus physiques, chimiques, hydrologiques, géologiques, climatiques, biologiques et anthropiques mettant en jeu une très large gamme d’échelles de temps et d’espace depuis le mètre et la seconde jusqu’au millier de kilomètres et au million d’années.

Sous l’effet d’une pression anthropique croissante et d’un changement sans précédent de la composition chimique de l’atmosphère, la surface de notre planète est en train d’évoluer considérablement.

 

L’observation sur le long terme de l’évolution de bassins versants instrumentés est un élément clef pour comprendre les mécanismes complexes qui contrôlent la dynamique de la surface de la Terre afin d’anticiper les changements à venir et de mettre au point des stratégies de gestion.

Les zones tropicales, caractérisées par des régimes hydrologiques très irréguliers dans lesquels les événements climatiques extrêmes jouent un rôle important, sont particulièrement sensibles à toute modification environnementale : changement climatique, modification de l’acidité des pluies, augmentation de la pression anthropique associée à une forte croissance démographique, etc... C'est ce constat qui a conduit à la mise en place de l’Observatoire de l'eau et de l'érosion aux Antilles (ObsErA).

 

L’objectif d’ObsErA, labellisé Service d’Observation de L’INSU depuis janvier 2011, est de permettre la constitution d’une base de données des flux d’eau (précipitations et débit des rivières), des flux de sédiments et de matière organique (en particulier de carbone) dans les rivières et sur les versants ainsi que de la composition chimique des rivières et des sols dans le contexte particulier de l’île de Basse-Terre, marquée par un climat tropical et un volcanisme actif. Cette base de données permettra à la communauté scientifique d'étudier et de quantifier les modes de dénudation chimique et physique, leurs couplages et leur impact sur l'environnement (composition des sols, chimie des rivières, flux de carbones, etc...).

ObsErA se fixe en outre pour vocation la mise au point de nouvelles techniques de mesure du transport fluvial et de la dynamique des versants ainsi que de nouvelles méthodes de traçage (isotopique notamment) adaptées à la caractérisation de la dynamique des écosystèmes.

 

Deux bassins versants font l’objet d’un suivi régulier : Bras-David et Capesterre. Un troisième bassin-versant, celui de Vieux-Habitants, sert de site “test” au développement d’une technique d’imagerie aérienne utilisant un drone.