Citizen / General public
Researcher
Student / Future student
Company
Public partner
Journalist
Teacher / Pupil

Geochemical signatures of archaeological artefacts as tracers of Polynesian settlements

By using the isotopic signatures of Polynesian archaeological artefacts, an interdisciplinary team including archaeologists and geochemists from the CNRS, IPGP and Université Paris Cité, is shedding light on the historical settlement of the westernmost Polynesian islands.

Geochemical signatures of archaeological artefacts as tracers of Polynesian settlements

Long-distance interactions involving Polynesian populations in the south-west Pacific over the last millennium, as shown by geochemical studies of the sources of supply. © Hermann and al.

Publication date: 07/06/2023

Press, Research

Les peuples polynésiens sont connus pour s’être établis sur des territoires de plus en plus isolés au sein de l’océan Pacifique, depuis les Samoa et Tonga dans le Pacifique central jusqu’à l’Ile de Pâques (Rapa Nui) à l’Est, Hawai’i au nord, et la Nouvelle-Zélande (Aotearoa) au sud. Mais si les migrations de ces populations vers l’est sont bien connues, les peuplements polynésiens à l’ouest du 180e méridien restent très largement méconnus.

Afin de mieux comprendre les liens entre ces polynésiens de l’ouest du Pacifique et les autres sociétés océaniennes, une équipe multidisciplinaire a mené une étude géochimique complète d’artefacts archéologiques en pierre provenant de plusieurs îles dans les archipels des Vanuatu, des Salomon et des Caroline, collectés lors de plusieurs expéditions archéologiques depuis les années 1970.

Les artefacts sont des herminettes (voir figure), objets tranchants ayant la forme des binettes actuelles et qui servaient à creuser le bois. Ces échantillons ont été analysés pour leurs compositions chimiques et isotopiques (Sr, Nd et Pb) de façon à pouvoir tracer leur origine géologique. En effet, les roches volcaniques qui les constituent peuvent avoir été excavées dans l’une des multiples carrières connues sur les différentes îles environnantes (Polynésie, Micronésie, etc.) mais en comparant la signature géochimique et isotopique de chacun de ces artefacts avec celles des roches des différents archipels de la région, il est possible d’identifier de façon unique leur origine géologique (voir figure).

 

Photos de certaines des herminettes étudiées et diagramme montrant comment la composition isotopique du plomb de neuf des échantillons étudiés correspond à celles des roches volcaniques connues sur les îles des différents archipels de Polynésie (Hawaii, Marquises, Société, Australes et Samoa) et des Carolines. Six des herminettes proviennent de la même île de l’archipel des Samoa (Tutuila) alors que trois proviennent des Carolines. © Hermann and al.

Cette étude, menée par des chercheurs CNRS de l’UMR 8068 Temps et de l’Institut de physique du globe de Paris (Université Paris Cité, IPGP, CNRS) montre ainsi sans ambiguïté l’existence de multiples échanges entre les polynésiens de l’ouest avec l’aire culturelle polynésienne principale d’un côté et avec les sociétés océaniennes non-polynésiennes de l’autre.
L’étude montre notamment que la plupart des lames d’herminette polynésiennes ont une provenance commune et clairement identifiée à plus de 2500 km, dans une carrière des îles Samoa. Par ailleurs, les échanges identifiés entre différentes îles éloignées laissent penser que les navigateurs polynésiens ont joué un rôle important dans la diffusion de certaines pratiques culturelles et techniques à l’ensemble des sociétés insulaires du Pacifique occidental au cours du dernier millénaire.

Bibliographie :

> Aymeric Hermann et al.,Artifact geochemistry demonstrates long-distance voyaging in the Polynesian Outliers.Sci. Adv.9, eadf4487(2023).
DOI:10.1126/sciadv.adf4487

Latest news
A new tectonic micro-plate identified north of the Dead Sea Fault
A new tectonic micro-plate identified north of the Dead Sea Fault
In a study published in Science Advances, an international team has systematically analysed Sentinels-2 radar images to identify a new tectonic micro-...
Yann Klinger awarded ERC Advanced Grant 2023
Yann Klinger awarded ERC Advanced Grant 2023
Yann Klinger, CNRS Research Director and head of the Tectonics and Mechanics of the Lithosphere team at the IPGP, has been awarded the prestigious Eur...
Meteorites and magnetism in comics!
Meteorites and magnetism in comics!
To make it easier to communicate her research subject, a researcher from the IPGP and MIT has teamed up with an illustrator, herself a geophysicist, t...
The NanoMagSat mission gets go-ahead from ESA!
The NanoMagSat mission gets go-ahead from ESA!
The Programme Board for Earth Observation of the European Space Agency (ESA) has just decided to proceed with the NanoMagSat mission. This mission, in...